Choix de l’instruction : Subi ou choisi ?

Est-ce que choix de l’instruction rime avec conditionnement et désinformation ?

Nous héritons tous d’un modèle éducatif parental et sociétal, que nous absorbons par le phénomène de l’exemplarité : on reproduit, plus ou moins consciemment, plus ou moins volontairement, ce qui nous a été montré et appris.

Lorsque nous devenons à notre tour parents, nous prenons le temps de faire connaissance avec ce nouveau rôle qui est le nôtre. Il est alors possible de conserver la même posture que nos parents avaient choisie pour nous, soit entièrement soit en en modifiant quelques points. On peut aussi, au contraire, complètement changer de point de vue et opter pour une posture opposée, ou bien encore faire un mélange des genres et créer notre propre méthode.

Néanmoins, même si la volonté de changer peut être présente, la majorité des parents répète encore très souvent les schémas reçus dans leur propre enfance. En effet, il n’est pas toujours simple de changer de mode éducatif :  de vieux réflexes ancrés en nous viennent brouiller nos idées, ou bien s’opposer peut-être à celles de notre conjoint.e, qui vit aussi son propre cheminement intérieur. En outre, il existe encore de nos jours un réel problème d’information – et les divers organes censés véhiculés l’information, justement, n’y sont pas étrangers – en matière de droit et de possibilités quant à l’instruction de nos enfants.

Posons-nous les bonnes questions : quel genre d’instruction souhaitons-nous pour nos enfants ?

Souhaitons-nous offrir le même genre d’instruction que celle dont nous avons bénéficié ? Allons-nous suivre pour nos enfants le chemin dicté par nos parents lorsque nous-même étions enfants ? Pensons-nous qu’il soit trop difficile de sortir du modèle  parental ? Trop dur de s’en défaire ?

Tant que nos enfants sont encore des enfants, il est toujours temps de nous poser quelques questions et de faire des recherches sur le sujet.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, si vous manquez de temps, ou peut-être ne savez pas trop par où commencer, lisez la suite : nous nous sommes posé ces questions pour vous, et vous présentons nos réponses et réflexions sur ces sujets.

Choisissez-vous ou subissez-vous un type d’instruction pour vos enfants ?

En France, c’est désormais un fait : l’instruction est obligatoire entre 3 et 18 ans. Il appartient aux parents de veiller à ce que leur.s enfant.s dispose.nt de divers moyens leur permettant d’atteindre les exigences du socle commun avant l’âge de fin d’instruction.

Pour se faire, plusieurs solutions autres qu’une scolarisation classique sont possibles. Votre enfant est-il au courant que plusieurs modèles d’instruction existent ? L’êtes-vous vous-même ? En avez-vous discuté avec votre enfant ? Et vous, êtes-vous au courant de toutes les possibilités qui s’offrent à vous ? Nous vous en présentons ici quelques-unes :


  • Les écoles publiques

L’école publique, souvent la plus proche du domicile -car elles sont nombreuses- est la solution la plus commune et la plus couramment utilisée par les parents.

On tombe quelques fois sur des perles mais malheureusement beaucoup de professeurs se montrent souvent perdus ou dépassés, et, de ce fait, font usage de Violences Educatives Ordinaires envers les enfants.

Les enseignants croulent sous les contraintes :

  • 25, 30, 35 élèves par classe
  • manque de temps
  • manque de moyens
  • multiples pressions du système (Education Nationale,  Inspection académique…)

Il existe une réticence certaine au changement dans les écoles françaises. Les enseignants et professeurs restent souvent collés aux méthodes anciennes, dites “classiques” – celles-là même qu’ils avaient reçus étant élèves : selon eux, ces méthodes «ont fait leurs preuves». De plus, une pédagogie basée sur l’enseignement semble, à première vue, beaucoup plus économique à la fois en temps et en énergie pour l’enseignant.

Bien sûr, si l’élève, après avoir reçu un enseignement, est incapable d’appliquer ses connaissances, on réalise qu’il n’y a pas ici ni économie de temps et ni économie d’énergie… 😉


  •  Les écoles privées

Plus rares que les écoles publiques, les écoles privées sont parfois loin du domicile, et donc moins pratiques.

Voici les quatre formes d’enseignement privé qui existent, de la plus commune à la moins commune :

  • Enseignement privé sous contrat d’association avec l’État
    (c-à-d soumis aux programmes de l’enseignement public, enseignants rémunérés par l’État, dépenses de fonctionnement des classes prises en charge dans les mêmes conditions que celles des classes correspondantes de l’enseignement public)
  • Enseignement privé sous contrat simple
    (c-à-d uniquement des écoles primaires / soumis au contrôle pédagogique et au contrôle financier de l’État / enseignants rémunérés par l’État)
  • Enseignement privé hors contrat
    (c-à-d libres d’adopter ou non le programme scolaire)
  • Enseignement familial par la famille
    (c-à-d plusieurs instructions en famille déclarées dans un même établissement)

Ces établissements sont souvent liés à la religion : presque tous les établissements privés sous contrat relèvent de l’enseignement catholique (+ de 97%).

Mais l’enseignement reçu dans le privé a un coût. Il n’est donc pas possible pour toutes les familles qui le souhaiteraient.

De plus, selon l’école privée choisie, les familles peuvent perdre le droit à l’allocation de rentrée scolaire de la CAF (ARS) : c’est le cas pour les inscriptions en écoles dites “hors-contrat” (celles qui n’ont pas de contrat avec l’Etat).


  • L’instruction en famille

Pourquoi donc certains parents choisissent-ils d’instruire leurs enfants à la maison ?

Il y a probablement autant de réponses à cette question que de familles qui ont fait ce choix.

Nous vous en présentons quelques unes dans ces trois articles :

Et profitez de la carte IEF gratuite mise en place par nos soins pour rencontrer d’autres familles près de chez vous.


  • Les pédagogies alternatives :

Il existe de nos jours de nombreuses méthodes. 5 des plus connues vous sont présentées dans ces articles  :

La plupart des pédagogies alternatives se caractérise par leurs intentions, ou les critères communs suivants :

  • On s’occupe des enfants au lieu de s’occuper du contenu.
  • L’enfant est actif, il participe, il apprend par lui-même. L’adulte n’impose pas un apprentissage, mais accompagne l’enfant, en le guidant si besoin. Ainsi, l’enfant avance à son rythme, il expérimente.
  • L’enfant explore son côté créatif et artistique, et est totalement libre de l’exprimer.
  • On aide l’enfant à avoir confiance en lui et à développer son esprit d’initiative.
  • On n’utilise aucun classement, aucune note, aucune compétition.
  • On s’adapte à chaque enfant, chaque rythme, chaque envie et chaque besoin.

Cartes des écoles alternatives (recensement) :

Ces cartes répertorient les écoles alternatives :


Il y a sûrement encore beaucoup d’autres méthodes, n’hésitez pas à commenter cet article pour nous les partager, cela pourrait aider d’autres parents.

Voilà, maintenant que vous connaissez plus précisément les différents choix pédagogiques qui s’offrent à vous, vous pouvez prendre votre décision, et choisir votre mode d’instruction en connaissance de cause.

Nous sommes bien conscients qu’au-delà de l’idéal, il reste à prendre en compte les envies et les besoins de chaque membre de la famille, l’emploi du temps de chacun, les moyens financiers, la distance, les ressources, et tout autre paramètre qui vous tient à cœur.


La plupart des parents en France ont inscrit leurs enfants à l’école pour la rentrée. Mais alors, si vous choisissez une école, choisissez-vous cette école pour son côté pratique ou bien pour la qualité de l’instruction que vont y recevoir vos enfants ? Cette scolarisation est-elle un choix éclairé ? Beaucoup de parents ne remettent pas l’école en cause et la choisissent par défaut. Mais savez-vous vraiment ce qu’il s’y passe ? Quelles méthodes pédagogiques l’école de votre secteur utilise-t-elle ? Le savez-vous ? Quels  instituteurs votre enfant va-t-il fréquenter au cours de l’année ? Auprès de quels camarades va-t-il être en contact chaque jour ?

Choisissez-vous ou subissez-vous cette école pour votre enfant ? Profitons de cette rentrée pour nous poser ces questions. Observons si d’autres solutions sont plus adaptées aux besoins de notre enfant.


Il n’y a pas de réponse unique, ni de solution parfaite. Il y a une réponse, une solution, par enfant. Pour chaque enfant, chaque parent, chaque famille, la meilleure décision est celle qui leur convient le mieux.

Les gens ont quelque chose en commun : ils sont tous différents.

Robert Zend


Inspirations : “ces écoles pas comme les autres”, de Peter Gumbel

4 réponses sur “Choix de l’instruction : Subi ou choisi ?”

  1. C’est une bonne question… Au début, je reproduisais les mêmes méthodes que mes parents ont utilisées avec mon frère et moi. Au fil du temps, j’ai commencé à faire mes propres recherches.

Laisser votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.