Ressources pour les enfants qui s’intéressent aux pirates

Article et données mises à jour le : 23 septembre 2022

Ce lundi 19 septembre, c’est la Journée Internationale du Parler Pirate.

Être un pirate c’est quoi

Être un pirate ne s’arrête pas uniquement à l’image que l’on s’en fait lorsque l’on est enfant. Les enfants se les imaginent un peu comme des super-héros, des héros de la mer, dans de géants bateaux… (et avec des trésors en plus !) C’est clair qu’il y a de quoi rêver ! Votre enfant (selon son âge, bien entendu) a-t-il conscience des barbaries qu’ont fait et que font les pirates ? Avez-vous déjà débattu ensemble du fait que, sans doute, les pirates n’avaient pas vraiment « eu le choix », qu’ils s’étaient finalement retrouvés dans cette situation de vie horrible, « par hasard » ? Votre enfant souhaite devenir un vrai pirate mais sait-il toutes les compétences qu’il doit maîtriser avant de prendre la mer ? Votre enfant est passionné. Et même si ce monde vous fait peut-être peur, vous pouvez accompagner les rêves de votre enfant car c’est dans ses périodes sensibles (comme disait Maria Montessori) que l’enfant s’intéresse, apprend, comprend et ancre ses connaissances !

Il y a de fortes probabilités pour que cette passion des pirates change, évolue avec le temps. Il y a des tas d’autres métiers en rapport avec le milieu marin, les bateaux et les trésors ! Saviez-vous qu’il existe aussi, de nos jours, de gentils pirates, qui défendent les éco-systèmes marins menacés ?

La Sea Shepherd Conservation Society est une organisation non gouvernementale internationale maritime à but non lucratif, vouée à la protection des écosystèmes marins et de la biodiversité.

Profitez donc de l’intérêt que développe votre enfant pour lui expliquer que vous avez trouvé une liste sur internet qui explique tout ce que doit savoir faire un pirate avant de partir en mer. Cet article est fait pour les enfants de tous les âges. Nous vous avons regroupé toutes les ressources utiles pour une personne souhaitant en apprendre plus sur les pirates. Les nombreuses idées d’activités qui vont suivre, en lien avec le monde marin, sont multi-âges et pluridisciplinaires. Elles vont donc également permettre à votre enfant passionné du monde aquatique, peu importe son âge, de valider quelques notions -compétences- attendues par le socle commun de l’Éducation Nationale.

 

Les compétences que doit maîtriser un pirate :

 La navigation

 Les nœuds marins

 Les cartes marines

La météorologie

⛵️ Les noms des parties du bateau

Les mers et océans

🚩 Le code de la navigation

🗺 Les distances en nœuds

📜 Le savoir “vivre” sur un bateau (besoins et limites)

❇️ Les pointes sèches et boussoles

La géographie

La cuisine

La couture

☠️ La survie

Les premiers soins


Retrouvez dans cet article ces catégories en lien avec le monde des pirates :

  • Tout savoir sur les pirates
  • Bons Plans IEF
  • Les nœuds marins
  • Idées d’activités
  • Art
  • Activités manuelles/Bricolages
  • Exercices
  • Journées à thème
  • Gâteaux pirates
  • Chambre sur le thème des pirates
  • Idées de sorties/de visites
  • Jeux en ligne
  • Jeux de rôle
  • Jeux avec votre enfant/Jouez en famille !
  • Notices de construction LEGO
  • Livres
  • Études/Métiers
  • Dons
  • Supports vidéo
  • Musiques
  • Idées d’illustrations/coloriages/dessins

Tout savoir sur les pirates :

Continuer la lecture de « Ressources pour les enfants qui s’intéressent aux pirates »

Les associations soutenant l’IEF (Instruction En Famille)

Continuer la lecture de « Les associations soutenant l’IEF (Instruction En Famille) »

Formel : l’école à la maison, homeschooling

Article et données mises à jour le : 20 septembre 2022

Le 28 mars 1882, la loi Ferry instaure l’instruction obligatoire en laissant le choix que cette instruction ait lieu dans un établissement scolaire ou au sein des familles. Nous allons nous concentrer sur l’instruction donnée en famille, ce que l’on appelle aussi l’école à la maison ou le homeschooling.

En France, cette pédagogie concerne quelques milliers d’enfants et d’adolescents. Le choix de déscolariser ses enfants est très souvent accompagné d’une volonté très forte de repenser les relations éducations entre les adultes et les enfants. Une nouvelle parentalité, un nouvel accompagnement dans lesquels les besoins, les envies et les intérêts des enfants sont particulièrement pris en compte. 

Les pionniers du homeschooling

L’instruction en famille est très répandue dans les pays anglo-saxons et particulièrement aux États-Unis et en Angleterre. Dans ces deux pays, deux grands pédagogues ont pu permettre à l’instruction en famille de se démocratiser.

Tout d’abord, la Britannique Charlotte Mason pour qui l’enfant doit être considéré comme une personne à part entière que nous devons respecter dans toute sa personne. Pour Charlotte Mason, il est indispensable de trouver un équilibre harmonieux entre l’enseignement écrit et l’enseignement oral. La coéducation, entre parents et enfants, est la clé pour trouver cet équilibre. Par ailleurs, Charlotte Mason fait la part belle aux livres vivants qui sont vitaux pour le développement intellectuel de l’enfant qui a besoin d’idées vivantes pour grandir. Ces « living books » doivent apporter des idées exaltantes qui permettront de nourrir tous les domaines d’études (géographie, histoire, grammaire, astronomie…).

Notre travail d’éducateur est d’exposer l’enfant à un maximum de belles et grandes idées : il a besoin d’une grande quantité de matière noble pour bâtir sa propre vie.

La pédagogie Charlotte Mason, par Laura Laffon

Ensuite, parmi le militant de l’instruction en famille, nous retrouvons également le militant américain du droit des enfants et du homeschooling : John Holt. Pour cet enseignant, il est impossible de réformer le système scolaire. Il est donc indispensable d’avoir recours à l’instruction à la maison.

Continuer la lecture de « Formel : l’école à la maison, homeschooling »

La pédagogie par la nature

Faire grandir nos enfants au plus près de la nature. Cette notion est très présente chez les pédagogues et les réformateurs de l’éducation. Celles et ceux qui veulent une nouvelle école incluent très naturellement la nature dans leurs idées. Montessori, Freinet, Decroly ou encore Steiner, mais aussi Jean-Jacques Rousseau bien avant eux, pour chacun d’eux, c’est une nécessité pour (re) trouver une belle harmonie dans le corps et l’esprit que de vivre en présence de la nature. 

Ces femmes et ces hommes précisent dans leur pédagogie qu’il est indispensable de sortir de la classe pour prendre le temps d’observer, de comprendre et d’apprendre grâce à la vie elle-même. 

La nature est ainsi un lieu propice pour les apprentissages. Cet environnement naturel permet à l’enfant d’être lui, de bouger librement, de jouer, et de respecter ses besoins et son rythme naturel.

En 1907, grâce au mouvement scout créé par Robert Baden-Powell, l’idée d’une éducation informelle avec des activités pratiques et de plein air commence à émerger. Il faudra attendre 1941 pour voir naître les premières écoles écocitoyennes et forestières, Outward Bound Schools, en Grande-Bretagne grâce au pédagogue allemand Kurt Hahn. Parmi son programme, on retrouve une série d’activités physiques en extérieur, mais aussi des expéditions. Ces sorties sont basées sur des projets ayant pour objectif d’apprendre, de développer des compétences et des connaissances du milieu naturel, mais aussi des autres matières plus formelles.

Sur le chemin des écoles de la forêt

D’abord nés aux États-Unis, les Forest Schools se sont développées en Europe après la Seconde Guerre mondiale, et particulièrement en Scandinavie. Ces écoles forestières font ainsi partie intégrante du programme scolaire des enfants. Elles sont également apparues en Allemagne et en Grande-Bretagne. En France, les écoles de et dans la nature sont encore timides, l’Éducation nationale les voyant comme des activités périscolaires. 

Continuer la lecture de « La pédagogie par la nature »

Nouvelles mesures IEF

Jusqu’à présent, en France, l’instruction est obligatoire dès trois ans. Il est possible de la pratiquer en famille, ou comme on dit parfois vulgairement faire « l’école à la maison », sur simple déclaration à la mairie et au DSDEN (Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale) ou comme on l’appelle souvent : l’inspection académique. Le contrôle de la mairie, tous les deux ans, sert à s’assurer que les conditions sont bien réunies pour que l’enfant reçoive une instruction suffisante. Le but de l’inspection annuelle, quant à elle, est de s’assurer qu’une instruction est donnée, c’est-à-dire, qu’il y a bien une progression en vue d’atteindre le socle commun des connaissances à l’âge de seize ans. En cas de doute, un deuxième contrôle est possible. Si l’instruction est toujours jugée insuffisante, alors la famille peut recevoir une injonction à scolariser le ou les enfant(s) concerné(s).
Le 2 octobre 2020, Emmanuel Macron annonce vouloir restreindre les conditions d’accès à l’instruction en famille en la soumettant à autorisation et la réservant à certaines situations. En effet, alors qu’il présentait son plan d’action pour lutter contre le séparatisme, un coup de massue a frappé de nombreuses familles lorsqu’il a annoncé que, dès la rentrée 2021, l’instruction en famille serait « strictement limitée, notamment aux impératifs de santé ». La raison invoquée par le gouvernement serait une volonté de lutter contre certaines « dérives », notamment de radicalisation. Voir notre article : Restriction de l’IEF (Instruction En Famille) pour la rentrée scolaire 2021 : Attention, Enfants en Danger
Après de nombreux mois d’actions et manifestations organisées par les associations, organismes de cours par correspondances et, évidemment, les familles, l’article 21 de celle qu’on appelle « loi séparatisme », imposant la scolarisation dès trois ans, est votée le 1er juillet 2021. Dès la rentrée 2022, l’instruction en famille sera donc soumise à autorisation.
Les familles ayant déjà fait ce choix pour les années précédentes et celle en cours (2021-2022) devraient pouvoir continuer sur simple déclaration pour les deux années suivantes à la condition d’un avis positif de l’académie lors du contrôle annuel.
Par la suite, et dès la rentrée 2022 pour les enfants de trois ans ou scolarisés, tous les parents désirant prendre totalement en charge l’instruction de leur enfant devra en faire la demande à la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale. Le décret n’étant pas encore paru, les conditions à remplir pour obtenir l’autorisation restent encore assez floues. Cependant, d’après les informations accessibles à ce jour, il serait possible de continuer ou débuter l’instruction en famille si une de ces conditions le motive :

Continuer la lecture de « Nouvelles mesures IEF »