Ressources pour les enfants malvoyants/aveugles – Le braille

Ce jeudi 4 janvier, c’est la Journée Mondiale du braille.

Votre enfant apprend le braille.

Même si votre enfant n’est pas malvoyant, certaines structures (associations, écoles, bibliothèques) proposent des  ateliers de sensibilisation au handicap visuel . Une bonne façon d’apprendre à tolérer ces handicaps. Beaucoup d’ateliers peuvent également être réalisés directement chez vous, sans matériels spécifiques. Par exemple, votre enfant peut tout simplement porter un bandeau sur ses yeux afin d’imaginer ce que pourrait ressentir une personne non-voyante. Ensuite il peut réaliser différentes tâches destinées à faire découvrir comment une personne non-voyante accomplit certains gestes de la vie quotidienne et ce, avec plus ou moins de difficultés. Parmi les différentes initiations, on peut citer :

  • la découverte des points braille,
  • l’écriture en braille avec une machine à écrire,
  • les dessins en relief et l’utilisation d’une technique spécifique pour dessiner en relief,
  • la reconnaissance de la forme de divers objets (fruits, légumes, fournitures de bureau,…)
  • l’usage d’une canne pour se diriger

Continuer la lecture de « Ressources pour les enfants malvoyants/aveugles – Le braille »

Votre famille fait croire au père-noël à votre enfant et ça vous gène.

(une mère à son enfant)
Mon amour,

Dans une histoire pleine d’imagination, dans un livre plein de paillettes et de magie, il y a la fameuse histoire du père-noëlTu en as déjà entendu parler, n’est-ce pas ? Tu as déjà entendu parler du père-noël, des rennes, du traîneau, de la poudre magique, des cadeaux ? Papa la connait par cœur, lui, il n’a même plus besoin du livre, pour la raconter. C’est Papa qui te l’a raconté, à toi ? C’est une très belle histoire, n’est ce pas ? Papa aussi, lorsqu’il était enfant, ses parents le lui ont raconté. Et c’est parce qu’il a tellement adoré cette histoire, qu’il souhaite te la partager également. 

Tu sais, quand Papa était petit comme toi, eh bien tellement Papi et Mamie ont bien raconté l’histoire que Papa croyait que c’était vrai (pfff, rires) ! Tu te rends compte !? Pendant des années, pendant longtemps longtemps, il a cru que c’était vrai. Toi, tu penses vraiment que les rennes savent voler ? Tu penses vraiment qu’un gros monsieur barbu peut passer dans une cheminée ? (rires) Tu penses vraiment qu’un seul Monsieur peut faire le tour de la Terre en une seule nuit pour donner des cadeaux à tout le monde ? :-O C’est un vrai farceur celui qui a écrit ce livre, n’est-ce pas ? Il y a vraiment beaucoup de maisons ! Et en plus, certaines n’ont même pas de cheminée. Moi, je n’y crois pas. Papa y croyait, lui. Et ses parents l’ont laissé y croire. Ils lui disaient même que c’était vrai, dans la vraie vie. Aujourd’hui Papa sait que cela est raconté uniquement dans un livre, dans une histoire. Il veut quand-même te raconter la même histoire, tellement il l’a aimé. Tu sais, une histoire, comme dans les livres. Sauf que Papa a oublié de te dire que c’était une blague, une histoire, une invention, de l’imaginaire. C’est bientôt Noël et dans cette période, les adultes adorent faire une géante blague et faire croire à tout le monde que ça existe vraiment. C’est pour ça qu’il y a plein de décorations partout. Allez, on joue le jeu ? Nous aussi on fait semblant d’y croire ? On fait comme si c’était vraiment vrai ? C’est une sacré bonne blague ! Même Papi et Mamie vont sûrement te dire que le père-noël va venir, pour rigoler, tu verras 😉 Parce qu’en fait ce sont les adultes qui donnent des cadeaux, la nuit, pour faire une surprise ! Tu le savais ? Est-ce que toi aussi tu veux fabriquer un cadeau pour les membres de ta famille ? Tu veux aussi leur faire croire que c’est le père-noël qui l’a fait fabriquer par ses lutins ? Allez, viens, on va voir s’ils le croient vraiment (coup d’œil complice) :p

Ressources pour les enfants qui s’intéressent aux pirates

Ce mardi 21 novembre, c’est la Journée Mondiale des pécheurs artisans et des travailleurs de la mer.

Être un pirate c’est quoi ?

Votre enfant s’intéresse aux pirates. Être un pirate ne s’arrête pas uniquement à l’image que l’on s’en fait lorsque l’on est enfant. Les enfants se les imaginent un peu comme des super Héros, des Héros de la mer, dans de géants bateaux… (et avec des trésors en plus !!!) C’est clair qu’il y a de quoi rêver ! Votre enfant (selon son âge, bien entendu) a t-il conscience des barbaries qu’ont fait et que font les pirates ? Avez-vous déjà débattu ensemble du fait que, sans doute, les pirates n’avaient pas vraiment « eu le choix », qu’ils s’étaient finalement retrouvé dans cette situation de vie horrible, « par hasard » ? Votre enfant sait-il toutes les compétences qu’il doit maîtriser avant de prendre la mer ? Votre enfant est passionné. Même si ce monde vous fait peut-être peur, vous pouvez accompagner les rêves de votre enfant. C’est dans ses périodes sensibles (comme disait Maria Montessori) que l’enfant s’intéresse, apprend, comprend et ancre  ses connaissances !

Il y a de fortes probabilités pour que cette passion des pirates change, évolue avec le temps. Il y a des tas d’autres métiers en rapport avec le milieu marin, les bateaux et les trésors ! Saviez-vous qu’il existe aussi, de nos jours, de gentils pirates, qui défendent les éco systèmes marins menacés ?

seashepherd.fr :

Profitez de l’intérêt que développe votre enfant pour lui expliquer que vous avez trouver une liste sur internet qui explique tout ce que doit savoir faire un pirate avant de partir en mer. Cet article est fait pour les enfants de tous les âges. Nous vous avons regroupé toutes les ressources utiles pour une personne souhaitant en apprendre plus sur les pirates. Les nombreuses idées d’activités qui vont suivre, en lien avec le monde marin, sont multi-âges et pluridisciplinaires. Elles vont donc également permettre à votre enfant passionné du monde aquatique, peu importe son âge, de valider quelques notions -compétences- attendues par le socle commun de l’EN.

Les compétences que doit maîtriser un pirate :

  •  La navigation
  •  Les nœuds marins
  •  Les cartes marines (savoir les lire)
  •  Connaître la météorologie
  • ⛵️ Connaître les noms des parties du bateau
  •  Apprentissage des mers et océans
  • 🚩 Connaître le code de la navigation
  • 🗺 Comprendre les distances en nœuds
  • 📜 Savoir “vivre” sur un bateau ( besoins et limites)
  • ❇️ Pointes sèches et boussoles
  •  Géographie
  •  Cuisine
  •  Couture
  • ☠️ Survie
  •  Premiers soins

Retrouvez dans cet article ces catégories en lien avec le monde des pirates :

  • Tout savoir sur les pirates
  • Bons Plans IEF
  • Les nœuds marins
  • Idées d’activités
  • Art
  • Activités manuelles/Bricolages
  • Exercices
  • Journées à thème
  • Gâteaux pirates
  • Chambre sur le thème des pirates
  • Idées de sorties/de visites
  • Jeux en ligne
  • Jeux de rôle
  • Jeux de société
  • Jeux avec votre enfant/Jouez en famille !
  • Notices de construction LEGO
  • Livres
  • Etudes/Métiers
  • Dons
  • Supports vidéo
  • Musiques
  • Idées d’illustrations/coloriages/dessins

⚔️ Tout savoir sur les pirates :

Continuer la lecture de « Ressources pour les enfants qui s’intéressent aux pirates »

Ressources pour les enfants qui s’intéressent au recyclage

C’est à l’occasion de cette journée mondiale du recyclage (15 novembre), que nous vous regroupons ces supports pédagogiques pour sensibiliser toute la famille au recyclage. Triez, recyclez, triez, recyclez, les objets ont plusieurs vies… grâce à vous ! La journée du recyclage date de 1994, l’événement a été conçu pour encourager le recyclage et l’utilisation de produits contenant des matériaux recyclés. La réflexion actuelle sur le recyclage va plus loin et il s’agit bel et bien d’un enjeu écologique majeur car la production de nouveaux matériaux, comparativement à la réutilisation de matériaux existants constitue une économie essentielle sur le plan énergétique et celui des rejets.

Le saviez-vous ?

  • 75% de nos emballages ménagers sont produits à partir de matériaux recyclés.
  • certains pays (Allemagne par exemple) réutilisent leur bouteilles de verre et d’autres pas (France par exemple)…

Extrait du site journee-mondiale.com

 

Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme !

 

 


Continuer la lecture de « Ressources pour les enfants qui s’intéressent au recyclage »

Choix de l’instruction : Subi ou choisi ?

Choix de l’instruction rime-t-il avec désinformation ?

Dès votre naissance, vous avez hérité du mode éducatif parental et sociétal, par l’exemplarité. Puis, vous avez eu vos propres enfants, vous avez pris le temps de faire connaissance avec ce nouveau rôle de parent. Il est possible que vous ayez conservé la même posture que vos parents ont choisi pour vous, soit en partie seulement, en modifiant quelques points, soit en ayant complètement changé et opté pour l’opposé, ou bien encore en faisant un mélange de tout ça et choisi une autre façon (la vôtre !) de voir les choses, tout simplement.

Même s’il est vrai que l’on répète trop souvent les schémas reçus, parce que de vieux réflexes ancrés en nous viennent brouiller nos idées, et cela même si l’on a voulu complètement changer de mode éducatif. Une chose est sûre, vous avez choisi un mode éducatif et vous faîtes de votre mieux selon vos convictions. Avec cela se mélangent également les choix de votre conjoint·e, bien entendu.

Mais pour l’instruction ? Qu’en est-il ?

Est-ce que vous offrez le même genre d’instruction que celle dont vous avez bénéficié ? Selon ce que vous ont inculqué vos parents, est-ce que vous avez suivi par réflexe le même choix pour l’instruction de vos enfants que celle que vous avez reçue ? Est-ce que, comme pour l’éducation, il vous est difficile de sortir du modèle, du schéma parental ? Difficile de s’en défaire ? Pendant qu’ils sont encore enfants, il est alors encore temps de vous poser quelques questions et de faire des recherches sur le sujet. Et si ce n’est pas déjà fait, nous nous en sommes posées pour vous et nous vous partageons nos réponses et réflexions sur ces sujets.

Choisissez-vous ou subissez-vous une instruction pour vos enfants ?

En France, c’est un fait : l’instruction est obligatoire entre 6 ans et 16 ans. C’est donc votre devoir de parents de faire en sorte que votre enfant atteigne -au moins- les connaissances du socle commun à l’âge de 16 ans. Pour cela, vous avez plusieurs solutions qui s’offrent à vous. Votre enfant est-il au courant que plusieurs modèles d’instruction existent ? Lui avez-vous posé la question ? Et vous, êtes-vous au courant de toutes les possibilités qui s’offrent à vous ? Nous vous en présentons quelques-unes d’entre elles : Continuer la lecture de « Choix de l’instruction : Subi ou choisi ? »

Worldschooling : Expérimenter le monde c’est notre salle de classe !

Cette façon de vivre est surement la plus poussée dans le monde de l’informel.

Les familles pratiquant le worldschooling voyagent, vont à la rencontre du monde, découvrent et s’épanouissent à travers le monde entier.

planet-and-people

Le worldschooling combine apprentissage par les expériences et apprentissage par des échanges culturels. Cela engendre une communauté dont les origines couvrent le monde, représentant différentes nationalités, cultures et visions du monde qui comprend des élèves, des aventuriers, des familles de toutes les tailles, des personnes de tous les âges.

Grâce aux différences, les occasions d’apprendre des uns des autres, d’élargir sa vision du monde, de voyager en toute sécurité, d’apprendre plus profondément et de créer des amitiés durables sont plus nombreuses et l’apprentissage collaboratif permet aux worldschoolers de devenir des citoyens conscients à l’échelle mondiale.

Informel/unschooling : La vie en famille, pas d’apprentissages imposés

La plupart des familles qui instruisent en famille de manière informelle ont du matériel pédagogique à disposition des enfants mais ne leur impose pas de temps de travail. L’apprentissage passe par l’enthousiasme, le jeu.  L’enfant apprend de tout, partout et tout le temps, il prend exemple sur son entourage. Cette posture demande aux parents d’être attentifs aux besoins et envies des enfants, et d’y répondre, de préférence, dans la même période.

Continuer la lecture de « Informel/unschooling : La vie en famille, pas d’apprentissages imposés »

La pédagogie Decroly, « Une éducation pour la vie, par la vie »

Rendons-nous chez nos voisins belges pour rencontrer le fondateur de la méthode globale. Ovide Decroly est né dans un milieu bourgeois, en 1871, à Renaix. Il s’intéresse très tôt aux sciences humaines. C’est donc tout naturellement qu’il entreprend des études de médecine avec un intérêt particulier pour le cas des enfants “déficients”.

En 1901, il ouvre sa propre maison à ses petits patients, mentalement diminués, pour fonder  « l’Institut d’Enseignement Spécial – Laboratoire psychologique du Dr Decroly ». Il est convaincu que les enfants atypiques ont les mêmes compétences que les enfants dits “normaux”. La seule différence réside dans leur lenteur. C’est ce qui, d’ailleurs, lui a servi à identifier clairement les étapes de l’apprentissage. En 1907, il crée sa propre école publique, l’Ermitage, au sein de laquelle il transpose sa méthode. C’est un véritable succès.

En 1920, il devient professeur universitaire à Bruxelles et fonde un an plus tard la Ligue Internationale de l’Éducation Nouvelle.

 

Un projet autour d’une idée pivot

Pour notre éducateur, une instruction qui ne s’articule pas autour du quotidien de l’enfant est vouée à l’échec. Les enseignements doivent avoir du sens et doivent pouvoir s’appliquer dans sa réalité. Et le meilleur moyen de le stimuler est de susciter sa curiosité naturelle en faisant appel à sa sensibilité.

 

Les centres d’intérêt

Selon lui, les besoins vitaux du quotidien sont les suivants : se nourrir, se défendre, lutter contre les intempéries et agir. Ce sont ces actions qui définissent le fil conducteur des apprentissages. De ceux-ci, sont extraits les centres d’intérêts de l’apprenant. En général, on retrouve les  thèmes suivants : la famille, l’école, les animaux, les végétaux et l’Homme.

Toutes les activités qui en découlent doivent faire appel à sa sensibilité, sa créativité, ses compétences exécutives et cognitives :

  • Travaux manuels.
  • Travaux de recherche.
  • Sorties en classes vertes.
  • Confection d’un journal.
  • Confrontations des idées.

 

L’objet “surprise”

En début d’année, l’enseignant apporte un objet “surprise”. Il est dissimulé dans un sac. Les écoliers sont intrigués. Ils le palpent, le sentent, le soupèsent et émettent des hypothèses. Que peut donc bien être cette chose ? Une fois qu’elle a été dévoilée, certains comparent, d’autres trient selon l’ordre de grandeur ou de couleurs. La classe en discute, échange ses connaissances et donne son point de vu. Le tout, sous le regard bienveillant du professeur qui observe attentivement la scène tout en suscitant subtilement des questionnements. C’est à partir de ce moment qu’un projet transdisciplinaire se monte. Il se prolongera toute l’année. Continuer la lecture de « La pédagogie Decroly, « Une éducation pour la vie, par la vie » »

Pédagogie de Reggio-Émilie, une approche de l’éducation positive

Giulia Civita Franceschi, Montessori, les sœurs Agazzi et Maurilio Salvoni partagent la même passion pour l’éducation bienveillante. Ils ont tous un point commun. Ce sont de grands pédagogues contemporains italiens. IL n’y a pas à dire, l’Italie est le berceau de la révolution éducative. Loris Malaguzzi, né le siècle dernier, dans une petite ville entre Boulogne et Parme ne déroge pas à la règle. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il a été traumatisé par le fascisme. Il a dédié toute son existence à la lutte contre toute forme de diktat. Il a entrepris de s’attaquer au mal dès sa racine. Voilà pourquoi, toute sa vie, il s’est employé à instruire les générations futures avec des valeurs humanistes et démocratiques. Aujourd’hui, ses principes sont majoritairement enseignés en Asie, dans les pays scandinaves et anglo-saxons.

Une philosophie de vie fortement inspirée des travaux de Maria Montessori

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la similitude entre les 2 approches sautent aux yeux. L’enfant évolue à son propre rythme, dans un environnement riche et dépourvu de tout élément superflu. L’espace est épuré, les petits réfléchissent et jouent mieux avec peu de jeux et de matériels. « Les enfants ont besoin de liberté pour apprécier les infinies ressources de leurs mains, de leurs yeux et de leurs oreilles, les ressources des formes, des matériaux, des sons et des couleurs. » (traduction d’une citation de Loris Malaguzzi). Les outils didactiques sont laissés à sa portée afin qu’il puisse travailler en toute autonomie, sans directives ou contraintes stressantes. Le professeur se contente d’observer, d’interpréter et de fournir les ressources nécessaires à son évolution. Dans les enseignements de Loris Malaguzzi, il y a 3 éducateurs : l’enfant lui-même, l’instructeur et l’espace.
Les ressemblances entre la pédagogie Montessori et Reggio s’arrêtent ici. En effet, cette dernière privilégie :

  • Les jeux à travers « de petits rien » trouvés dans la nature.
  • L’écoute active de l’enfant mis au centre de toutes les attentions. Il est intégré et particpe activement à son éducation.
  • La créativité prise dans son ensemble.
  • Le respect des « 100 langages de l’enfant ».

À noter également que la doctrine de Mr Malaguzzi s’applique uniquement aux jardins d’enfants, aux crèches et s’arrêtent à l’école maternelle. Contrairement aux fondements de notre illustre didacticienne qui s’étendent jusqu’au lycée.

. Continuer la lecture de « Pédagogie de Reggio-Émilie, une approche de l’éducation positive »

La pédagogie Steiner-Waldorf

Steiner-Waldorf, une pédagogie axée sur l’art et la spiritualité

Les programmes scolaires se font et se défont sans cesse. Malheureusement, une donnée n’est presque jamais prise en considération : le plaisir d’apprendre. Les écoles classiques perpétuent cette tradition vieillissante qui consiste à calquer les acquis sur une idéologie utopique. Elles ignorent volontairement les faits scientifiques et physiologiques de l’enfant. C’est là que les pédagogies dites alternatives interviennent. Et parmi celles-ci, la pédagogie Steiner-Waldorf. Décriée par certains et plébiscitée par d’autres, ce qui est sûr, c’est qu’elle ne laisse personne indifférent. Cette conception de l’éducation novatrice met en exergue le triptyque : cœur, esprit et corps. Pour Rudolph Steiner, pas d’apprentissage des savoirs sans intérêt, pas d’intellectualisation sans manipulation concrète. Jusque-là, tout va bien. Là où les avis divergent, c’est lorsque le célèbre pédagogue révèle utiliser l’éducation à des fins bien précises. Il rêve d’une société sprituelle détachée de tout matérialisme et basée sur les principes de l’antroposophisme dont il est le fondateur. Pour vous forger votre propre opinion, voici les grands traits de la pédagogie Steiner-Waldorf.

Rudolph Steiner, pédagogue et philosophe

Rudolph Steiner est né dans l’empire Austro-hongrois (l’actuelle Croatie) en 1861. Il quitte le pays et rejoint Vienne pour étudier. Issu d’un milieu modeste, il occupe un poste de précepteur pour financer ses études supérieures. Il adore flâner dans les cafés littéraires et se passionne pour Goethe. Il s’en inspirera pour écrire sa thèse de philosophie à Weimar. D’abord membre de la société théosophique, il la quitte pour fonder, en Suisse, la société antroposophique, un courant ésotérique. Cette doctrine mystique affirme qu’il existe un monde supra-sensible, résidence des pensées, des idées et des concepts. Elle vise à mettre en relation l’humain, le monde et le cosmos sur un plan physique et spirituel. Pour Rudolph Steiner, tous les êtres humains ont des facultés cachées, en sommeil, qu’ils doivent revivifier pour accéder à ce monde invisible. Pour y parvenir, ils doivent se détacher du matériel et revenir à la nature dans ce qu’elle a de plus saine. Une sorte d’apologie du minimalisme et de l’ascétisme.

Il anime de nombreuses conférences, notamment dans l’usine de cigarettes Waldort-Astoria en Allemagne. En 1919, à Stuttgart, il ouvre la première « Libre école Waldorf » laïque et non-élitiste, pour les enfants d’ouvriers. Bien sûr, il y met en pratique les fondements de son idéologie. Le modèle sera étendu à toute l’Allemagne, puis en Europe et dans le monde entier.

Aujourd’hui, ce dogme appliqué au sein d’une école inquiète. Le fait d’inculquer des concepts métaphysiques dès le plus jeune âge entre en contradiction avec les lois de la laïcité. On craint également le repli communautaire. L’eurythmie et les chants oniriques préoccupent la Miviludes qui met en garde contre de possibles dérives sectaires.

Ceci étant dit, nous ne pouvons pas ignorer le fait que les écoles Waldorf-Steiner donnent de très bons résultats. C’est pourquoi, plusieurs de ces établissements sont sous contrat d’association avec l’État. En effet, celles-ci appliquent la méthode sans y inclure les préceptes religieux.

 

Le cycle des 7 ans

Un seul établissement scolaire regroupe tous les niveaux, de la maternelle au lycée. Les écoliers ne subissent donc pas la transition brutale entre l’école élémentaire et le secondaire. Le cursus scolaire se décompose en 3 phases de 7 ans. Chaque cycle est pris en charge par un seul professeur. Donc, au sein d’une même classe, on trouve des élèves de niveaux différents. Cela permet à l’instituteur de connaître parfaitement ses élèves et leur évolution.

 

Les jardins d’enfants, de 0 à 7 ans

Avant l’âge de 7 ans, vous trouverez peu de livres dans une classe de premier cycle. On privilégie les activités manuelles, les jeux, les histoires, les chants et la danse avec une alternance équilibrée entre amusement et concentration. Les matériaux sont naturels et volontairement dépersonnalisés. Par exemple, on peut trouver une poupée en laine sans visage. Ce sera à l’enfant de le façonner pour se l’approprier. On insiste également sur les initiations par imitation et l’apprentissage de deux langues vivantes dès la classe préparatoire.

 

De 7 à 14 ans

Les élèves commencent à appliquer la théorie dans le réel. En fin de cycle, ils effectuent un stage en milieu agricole et font des échanges avec d’autres classes Steiner à travers le monde. L’année suivante, le stage est réalisé en milieu industriel et social.

 

De 14 à 21 ans, place au chef d’oeuvre

C’est la période où ces adultes en devenir entrent dans le monde des idées. Ils s’habituent à combiner leur créativité aux exigences de la société. Les étudiants ont toute une année pour plancher sur un travail artistique, manuel, littéraire, scientifique, technique ou social. Le projet abouti répond au doux nom de chef d’œuvre. Il est composé d’une production écrite et d’une réalisation pratique. L’ensemble est présenté à l’oral devant les parents, les invités et l’ensemble de l’école. Cette activité sert à observer le chemin parcouru, les obstacles rencontrés et les solutions mises en œuvre.

 

Une éducation par le beau

La pédagogie Steiner accorde une place importante aux arts. La créativité n’est pas une matière ludique et facultative. L’enfant doit pouvoir exprimer sa singularité à travers des créations artistiques. D’autant plus qu’elles développent la motricité fine et la coordination œil-main. Les activités sont unisexes. Les garçons s’adonnent au tricot quand les filles s’essaient à la menuiserie. Les expériences sensorielles favorisent l’ancrage des enseignements. Elles permettent également d’affiner l’observation lors d’apprentissages transdisciplinaires.

Un cours de biologie peut très bien se transformer en une leçon de modelage en argile. Par exemple, pour reproduire un crâne, au lieu de se contenter d’un banal schéma, les petits sculpteurs en herbe décortiquent chaque élément pour le reproduire à l’identique. Au premier coup d’œil, nous avons du mal à observer les particularités. Or, lorsque la main se laisse aller à l’expérimentation, l’esprit finit par s’éveiller aux petits détails. L’ambiance est calme et sereine. Les toiles s’habillent d’aquarelles aux teintes pastelles et douces. Les histoires racontées dépeignent une réalité sans violence. Les sons sont harmonieux et les élèves s’exercent à l’art du mouvement. La classe évolue dans le respect de la nature et au rythme des saisons.

Comme vous le voyez, il est très simple de mettre en pratique les principes de la pédagogie Steiner à la maison. Elle ne nécessite pas un gros investissement puisque c’est avant tout une façon de vivre au quotidien. Laissez-vous guider par vos enfants, ils vous étonneront.

 


Illustrations par : @amphigary (instagram) / @amphigary (facebook) / amphigary@icloud.com