Allaitement et freins restrictifs

Contrairement à ce qu’on peut lire parfois de la part de mères angoissées, l’allaitement ne doit pas faire mal. Si des douleurs se font sentir, c’est un signal d’alerte à prendre au sérieux. Dans ce cas, il est urgent d’en trouver la cause afin de vous soulager mais également de permettre une meilleure conduite de votre allaitement. Les causes peuvent être diverses : une mauvaise position de votre bébé, une confusion, des canaux lactifères bouchés, une mastite, une candidose… Ce n’est pas pour autant qu’elle est normale. Parmi les causes possibles, se trouvent les freins de lèvres et de langue restrictifs. Que sont-ils ? Comment les repérer ? Comment s’en sortir ? Focus sur un mal encore trop peu connu de nombreux accompagnants.

Les freins buccaux, qu’est-ce que c’est ?

Nous avons, tous, plusieurs freins dans notre bouche. Leur présence est normale. Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur celui de la lèvre supérieure et la langue. Il s’agit d’une petite membrane que nous pouvons parfois sentir en collant notre langue au palais ou en étirant notre lèvre. Il arrive parfois qu’ils soient trop courts ou trop rigides. Ils peuvent être la source de difficultés au bon développement de la structure de la bouche ou du langage, bien que, d’après la société canadienne de pédiatrie, toutes les ressources ne se rejoignent pas sur ce point. Cependant, ils peuvent être une entrave au bon déroulement de l’allaitement dans certains cas. Ils peuvent également poser problème au biberon, même si cela semble moins fréquent. Néanmoins, si le diagnostic et le traitement vous semblent laborieux, n’oubliez pas que cela ne dure qu’un temps. Et qu’une fois que tout sera passé vous pourrez découvrir des tétées plus agréables avec votre bébé. Passer « simplement » au biberon ne masquerait que le problème quelques temps. Si nous restons sur l’hypothèse où des freins restrictifs peuvent être problématiques quant au bon développement de la mâchoire et du langage, il est alors préférable d’en avoir conscience au plus tôt afin de pouvoir agir en conséquences.

Comment les repérer ?

Si votre allaitement se déroule bien, il n’y a, a priori, que peu de raisons de s’inquiéter de freins restrictifs. Cependant, si vous ressentez des douleurs lors des tétées, que vous enchaînez les mastites ou canaux bouchés, que votre bébé claque sans cesse la langue lorsqu’il est au sein, si votre production est faible (donc que la stimulation n’est pas idéale) ou qu’au contraire vous présentez une hyperlactation, il peut être intéressant de faire contrôler les freins de votre bébé par un professionnel de santé ou de l’allaitement formé à les reconnaître. Attention au choix du praticien. Aujourd’hui encore je viens de lire le témoignage d’une maman dont le bébé présente des freins restrictifs. Après avoir posé la question au personnel de la maternité, à la PMI (protection maternelle infantile) et à trois pédiatres, c’est finalement sa consultante en lactation IBCLC qui a su confirmer ses soupçons. Le diagnostic doit être posé par un professionnel compétent, et ne peut s’effectuer officiellement sur photos.

Les massages

Avant de pratiquer une frénotomie (opération qui consiste à sectionner le frein), certains spécialistes préconisent dans un premier temps les massages dans le but de l’assouplir et de réduire les tensions corporelles qui peuvent en découler. Il s’agit de masser le visage de votre bébé avec des gestes précis. Pour cela, ne vous lancez pas au hasard. L’accompagnement par un professionnel afin de vous indiquer la marche à suivre est préférable. Certains praticiens attendent de voir le résultat avant de décider si oui ou non ils incisent le ou les freins qui semblent poser problème pour la bonne conduite de l’allaitement.

Frénotomie

Dans certains cas, la frénotomie est tout à fait indiquée. Il s’agit là d’inciser le frein, grâce à des ciseaux ou à un laser. L’intervention est très rapide et peut se faire sous anesthésie. La légende raconte qu’avant, les sages-femmes gardaient un ongle long pour couper le frein des bébés à la maternité. Heureusement, aujourd’hui, nous avons tout de même des méthodes plus douces et plus hygiéniques ! Pour faire pratiquer une frénotomie, tournez-vous vers un dentiste ou un ORL. Pour le trouver, n’hésitez pas à vous tourner vers votre consultante en lactation, ou encore les groupes Facebook : « Frein de langue court (Akyloglossie) : Allaitement, témoignages et soutien » ou encore « Frénotomie et freins : info et support international ». Ils regorgent d’informations et de témoignages de parents concernés. Ils sauront indiquer le nom de médecins qu’ils ont consultés et vous en dire plus sur leurs méthodes. Par la suite, vous aurez certainement des exercices et des massages à pratiquer afin d’aider à la bonne cicatrisation et rééducation. Certaines mères ressentent immédiatement les changements, pour d’autres, c’est un peu plus long… Ne perdez pas espoir.

Pour conclure

Une douleur durant l’allaitement est anormale. Il se peut qu’elle soit causée par des freins de langue ou de lèvres trop courts. L’ankyloglossie et les freins restrictifs en général sont encore mal connus par les professionnels de santé. Tous ne savent pas les reconnaître, et tous ne sont pas d’accord sur les conséquences qu’ils peuvent avoir sur le développement de la mâchoire ou du langage. Certains diront que ça n’a aucune incidence, d’autres qu’il est essentiel d’agir. Vous pouvez dans un premier temps masser pour assouplir les freins, et prendre rendez-vous avec un ORL ou un dentiste pour effectuer une frénotomie. Des exercices et massages seront à continuer ensuite.




A l’occasion de la semaine mondiale de l’allaitement, Vivre en famille ouvre cette nouvelle catégorie “allaitement” et accueille Chloé Degrand et Anaïs Lenal qui nous partagent une série de 6 articles lactés. Rendez-vous chaque matin à 6h sur vivreenfamille.org et bonne semaine de l’allaitement à tou.te.s !

Ecrit par : Chloé Degrand, autrice du double projet littéraire “ALLAITER”, retrouvez-la sur facebook, ainsi qu’instagram.

Illustré par : Anaïs Lenal, fondatrice de l’application “Voix Lactée”, vous pouvez suivre ses projets sur facebook, ainsi qu’instagram.


Rejoignez @vivreenfamille sur les réseaux sociaux : facebook, instagram et twitter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.