Allaitement et allergies

Quand on allaite, on peut manger de tout… En théorie ! Aucun aliment n’est strictement déconseillé à cause de l’allaitement. Cependant, il faut rester attentive aux réactions de notre bébé. En effet, les allergènes que vous consommez passants dans votre lait, si votre enfant ne supporte pas un aliment, son corps vous le dira. Comment repérer une allergie ? Quelles sont les plus courantes ? Que faire en cas d’allergie ? C’est ce que nous allons voir tout de suite.

Repérer l’allergie.

Les symptômes

Dans l’inconscient collectif, l’allergie se manifeste forcément par des gonflements, notamment à la gorge, et un choc anaphylactique. Or, ce n’est pas toujours le cas. Certains symptômes peuvent être moins visibles ou plus longs à apparaître. Certains parents se retrouvent dépassés, certains bébés se retrouvent en souffrance, parce que personne ne les oriente vers la piste de l’allergie. Ce sont des mois d’errance parfois, surtout lorsqu’il y en a plusieurs, avant de trouver les réponses… Lorsqu’elles le sont et que le symptôme n’est pas simplement masqué par des traitements divers. Éliminer le symptôme ne signifie pas éliminer la cause. Exemple : Si votre enfant souffre de reflux, la piste allergique est à explorer. Des médicaments pourront aider à apaiser la douleur des remontées ou leur fréquence, mais l’éviction permettra à l’enfant d’être réellement soulagé.

Attention, ils n’apparaissent pas nécessairement juste après le repas. Certaines peuvent mettre plusieurs jours à se déclencher (allergie retardée ou intolérance). De la même façon, les symptômes peuvent être légers chez certains, mais impressionnants chez d’autres. Voici une liste de réactions qui devraient vous pousser à vous questionner sur une allergie :

  • Reflux gastro-œsophagien (RGO)
  • Pleurs (au sein, incessants, juste après la tétée, hurlements nocturnes…)
  • Problèmes de peau ; Peau atopique / Eczéma / Psoriasis / Urticaire
  • Difficultés d’endormissement
  • Fatigue extrême
  • Cernes violacées
  • Carences
  • Sang dans les selles
  • Diarrhées / Selles acides / Gaz malodorants
  • Mauvaise haleine
  • Rhume / Otites / Pharyngites / … à répétition
  • Bébé raide, refuse l’écharpe, en hyperextension, refuse la position allongée
  • Ralentissement de la prise de poids / Cassure de la courbe
  • Gonflements

Le journal alimentaire

Vous avez remarqué que votre enfant présentait certains de ces symptômes ? Maintenant il vous faut cerner le ou les produits responsables. Tout d’abord, la prise de rendez-vous chez un allergologue s’impose. Cependant, il faut savoir que les prises de sang et autres tests ne sont pas fiables à cent pour cent. La façon la plus fiable de savoir, c’est l’éviction. Pour cela, commencez par mettre en place un journal alimentaire.

Choisissez un support et décrivez chaque journée. Notez TOUT ce que vous consommez, tout ce qui a été en contact avec votre peau. Cela signifie que vous devez noter le nom ainsi que la marque lorsque c’est possible des : aliments, boissons, médicaments, gels douche, shampooings, dentifrices, crèmes, produits d’entretien ménager… Relevez également les sorties, visites et le temps qu’il faisait ce jour. Bien entendu, un contact avec des animaux devrait y être mentionné.

Ensuite, et surtout, relevez les symptômes. Comment s’est comporté votre enfant ? A-t-il été fatigué ? Irrité ? Douloureux ? Combien de fois a-t-il été à la selle ? Comment étaient-elles ? Et les urines ? A-t-il eu le nez encombré ? Et tous les autres signes évoqués plus haut. Tout ce qui peut vous sembler important… Et même ce qui vous semble insignifiant. Petit à petit, ce sont des petits détails qui pourront mettre en lumière le problème.

L’éviction

Retirer les aliments

À présent, vous avez su cerner un produit semblant poser problème. Vous pouvez commencer l’éviction. Il vaut mieux fonctionner par étapes. Si vous hésitez entre plusieurs, arrêter de tous les consommer au même moment ne vous permettra pas de savoir lequel provoque des réactions chez votre enfant. Sachez également que les produits peuvent rester plusieurs semaines dans le corps. Par exemple, les résultats d’une éviction de protéines de lait de vache peuvent être visibles seulement au bout de trois ou quatre semaines. Attention, les allergènes peuvent se cacher même là où nous ne l’imaginons pas. Vous le saviez, vous, qu’il pouvait y avoir du lait de vache dans une baguette ou dans du saucisson ? Donc on prend le réflexe de lire toutes les étiquettes et de reconnaître les différentes dénominations.

N’oubliez pas les croisés !

Attention également aux allergies croisées. Elles sont dues à la présence de compositions semblables ou très voisines dans des produits pourtant différents. Exemple : Une personne allergique au latex doit être particulièrement attentive à la banane, l’avocat, le kiwi ou encore la châtaigne. C’est pourquoi, lorsque vous entamez une éviction, le mieux, afin qu’elle soit complète, est d’éviter également ce que nous appelons les « croisés ». Dans le cas de l’allergie aux protéines de lait de vache qui fait partie des allergies les plus courantes chez les bébés, on évite aussi les laits de chèvre et brebis, la viande de bœuf et le soja. On peut, par la suite, tenter des réintroductions avec l’accompagnement d’un médecin. La réintroduction d’aliments dans votre alimentation ou celle de votre enfant qui présente des symptômes allergiques ne doit pas être quelque chose de pris à la légère étant donné les risques présents de choc anaphylactique. 

Prendre rendez-vous chez l’allergologue

Si vous pensez que vous ou votre enfant présentez une allergie, le mieux est de prendre rendez-vous avec un allergologue. Ce rendez-vous vous permettra de faire le point sur les symptômes de votre enfant, ce qui a été mis en place, éventuellement prescrire des antihistaminiques ou des piqûres d’adrénaline, etc. Il pourra effectuer des tests afin d’essayer de mieux cibler l’allergène. Parmi ces tests se trouvent la prise de sang et le prick test.

→ La prise de sang : consiste à retrouver des immunoglobines E (IgE). Les IgE sont une classe d’anticorps qui s’activent au contact du produit que le corps ne supporte pas. Mais attention, cette prise de sang n’est pas toujours fiable. Notamment dans le cas d’allergies retardées, longtemps appelées « intolérances ».

→ Le prick test : réalisable à tout âge (contrairement à ce qu’on peut lire parfois), le prick test consiste à déposer une goutte d’allergène sur la peau et la piquer afin de la faire pénétrer. Ensuite, le médecin observera une réaction.

Le seul test réellement fiable demeure l’éviction. Ceux pratiqués par le médecin peuvent apporter des pistes, mais seule l’éviction des allergènes vous permettra de savoir si oui ou non votre enfant est allergique.

En bref

Allaiter un bébé ou un bambin allergique est tout à fait possible, même doublement recommandé lorsqu’on pense aux avantages du lait maternel sur les préparations commerciales pour nourrisson. Pour cela, il vous faut rigoureusement suivre le régime d’éviction. Les groupes de soutien peuvent vous permettre d’échanger avec d’autres parents connaissant la même situation. Comme le groupe Facebook « Allergies : Support Information Entraide (alimentaire respiratoire & co) ». Ils sont aussi l’occasion de partager des recettes, des astuces. Et si ce n’était pas plutôt l’occasion de découvrir certaines cuisines ?

Les fiches mémo (allaitement et allergies)



A l’occasion de la semaine mondiale de l’allaitement, Vivre en famille ouvre cette nouvelle catégorie “allaitement” et accueille Chloé Degrand et Anaïs Lenal qui nous partagent une série de 6 articles lactés. Rendez-vous chaque matin à 6h sur vivreenfamille.org et bonne semaine de l’allaitement à tou.te.s !

Ecrit par : Chloé Degrand, autrice du double projet littéraire “ALLAITER”, retrouvez-la sur facebook, ainsi qu’instagram.

Illustré par : Anaïs Lenal, fondatrice de l’application “Voix Lactée”, vous pouvez suivre ses projets sur facebook, ainsi qu’instagram.


Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux : facebook, instagram et twitter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.