La séparation à la naissance : pourquoi il faut l’éviter

Vivre ensemble : un sens et un besoin innés

Tous les êtres humains naissent avec la soif de rencontre et de relation avec l’autre. C’est un sens inné. Tous les êtres humains naissent avec le besoin de se sentir aimés, écoutés, respectés, reconnus en tant qu’individu, avec toutes ses particularités. Le nouveau-né n’échappe pas à cette règle, et c’est avec ces désirs profondément ancrés en lui qu’il vient au monde. Naturellement, c’est chez les adultes que le bébé va chercher ce dont il a besoin, et en premier lieu, chez la personne qui prend soin de lui au quotidien, le nourrit, répond à ses besoins primaires. Cette personne deviendra sa figure d’attachement, selon la théorie développée par John Bowlby dans les années 60.

Le nouveau-né cherche donc le contact, la relation, et il a déjà en lui toutes les capacités pour nouer la relation. Avant de savoir parler, avant même de (peut-être) communiquer par des signes, le tout petit sait s’exprimer : il sourit, il a des expressions, des mimiques, des regards, il fait des gestes, il émet des sons particuliers, il pleure, etc. Chacun de ces éléments a une signification qui lui est propre : je suis triste, je suis en joie, j’ai besoin de contact avec toi, j’ai sommeil, j’ai faim, j’ai peur, etc.

Bonding ou lien d’attachement

Cela a été prouvé à de multiples reprises lors d’observations scientifiques sur les mammifères : c’est bel et bien durant les premières heures de l’existence que se crée le lien avec la mère, le fameux « bonding », ce lien d’attachement fort, qui durera toute la vie, et posera chez l’enfant les bases de la sécurité affective, et donc de ses relations sociales.

Lors de l’accouchement et à la naissance, la mère et le bébé possèdent leur propre sécrétion d’endorphines. Ils restent tous deux, sauf mauvaises conditions d’accouchement, sous l’effet de ces opiacées quelques heures durant : c’est le début de l’accoutumance, les conditions à l’installation d’un attachement très puissant, d’une certaine dépendance. Notons que le lait des premiers jours suivant la naissance contient toujours des opiacées. Lorsque le bébé tête, cela provoque la production d’endorphines chez la mère : le lait est alors encore plus chargé en opiacées. Ce qui explique les impressions de bonheur intense, de plénitude, voire d’extase, que les deux êtres dégagent durant cette période. C’est plus fort donc dans les heures suivant la naissance. Lorsqu’il y a séparation à la naissance, la mère comme l’enfant sont privés de ces immenses atouts naturels, ce qui impactera leur relation future.

Conséquences de la séparation

Les raisons de la séparation à la naissance sont multiples. Elles peuvent être catastrophiques – décès de la maman – ou superflues (voire complètement ridicules -c’est du vécu) – bébé en néo-nat car ayant besoin d’un berceau chauffant, 5 berceaux chauffants disponibles dans le service où se trouvait la maman (désespérée) mais aucun n’avait été nettoyé.

Continuer la lecture de « La séparation à la naissance : pourquoi il faut l’éviter »

Les limites des accouchements modernisés (ou médicalisés)

Le mal existe mais n’est pas inné. Il est créé par la société, quotidiennement, à chaque heure, sans interruption, dans le monde entier. Cela s’opère tant à travers les méthodes d’accouchement qu’à travers l’éducation des petits enfants.

Alice Miller

Répercussions du système sur la santé humaine

Il est aujourd’hui clairement prouvé que les perturbations techniques lors de l’accouchement, ainsi que les pratiques postnatales irrespectueuses de l’enfant, peuvent avoir des répercussions graves sur le lien mère-enfant, ainsi que sur la santé de l’enfant et du futur adulte, et donner lieu à de nombreux troubles. Par exemple, lorsque les parents jugent un enfant insupportable : c’est simplement qu’il exprime son mal-être à sa façon, et il est très fréquent que ce mal-être remonte aussi loin que la naissance. En effet, un enfant traumatisé dès la naissance va développer des symptômes plus ou moins lourds, qui rendront l’amour de ses parents plus difficile à obtenir, par le poids de la gestion de ces troubles au quotidien (difficultés d’endormissement, troubles du sommeil et de l’alimentation, syndrome d’abandon, manque de confiance en soi, etc).

Conditionnement

Or en France, tout un conditionnement médical et sociétal nous impose de « faire comme ça ». Des étrangers prennent le contrôle de notre grossesse, de la naissance puis du bébé. Tout est organisé de telle manière que le stress accompagne la femme enceinte, au mépris des lois naturelles du corps humain, et au-delà, des mammifères.

Un des rôles de la technicisation de l’accouchement est de fournir une échappatoire aux angoisses des futures mères : au-delà des multiples questionnements liés au fait de devenir parent, l’accouchement en lui-même provoque la peur de la douleur, et fait ressurgir de terribles angoisses inconscientes liés à la naissance de la mère elle-même. Les troubles répétés durant la vie intra utérine et les 1ers mois de vie donnent lieu aux nombreux troubles que l’on connaît aujourd’hui : difficultés de concentration avec agitation et hyperactivité (ADHD), anxiété, agressivité, conduites déraisonnables et/ou antisociales, addictions, troubles de la personnalité, dépression grave, idées suicidaires, etc.

Le problème des consultations prénatales

Tout comme le bébé doit crier à la naissance, la femme doit souffrir à l’accouchement … et la maternité doit être rentable. Alors, on fait peu de cas des répercussions émotionnelles, et on applique un planning médical bien rôdé, basé avant tout sur la rapidité et l’efficacité. La femme accoucheuse se voit imposer un protocole de soins, ainsi que le futur bébé.

Et cela commence dès les consultations prénatales. La maman se retrouve prise dans un engrenage stressant où les réponses lui sont apportées comme une évidence. Le corps médical sait mieux qu’elle, qui est pourtant la mère. Tout est ancré dans les habitudes, et il est bien difficile de faire évoluer les esprits – même si le bien-être, et donc l’avenir, de l’espèce humaine est en jeu.

Évoquons par exemple, le rôle du placenta, très négligé dans la culture française de l’accouchement. Le placenta sert à fluidifier le sang de la mère avant qu’il arrive au fœtus. Il sert également à apporter le sucre dont le fœtus a besoin. Le « diabète gestationnel » n’est donc rien d’autre qu’un signe de l’activité placentaire. Néanmoins, le mot lui-même de diabète sème trouble et angoisse chez la mère, provoquant ainsi un stress qui rebondit sur le fœtus. Il a été prouvé par ailleurs, lors de diverses études scientifiques, que le fameux test de décèlement de diabète gestationnel ne change en rien la suite des grossesses et les statistiques. Il est donc un énième stress inutile infligé à la mère et son enfant.

Un autre signe d’activité placentaire importante, qui ne préjudice en rien la poursuite de la grossesse, est l’augmentation isolée de la pression artérielle. Lorsqu’elle est détectée durant les consultations prénatales, la mère est alarmée, et se voit souvent imposer un traitement médicamenteux « adapté » – ce n’est rien d’autre qu’une nouvelle forme d’intrusion artificielle et de stress dans la vie de la mère et du bébé, pour un problème qui à la base n’en est pas un, mais est bien une réponse physiologique normale du corps à l’évolution de la grossesse.

Tous ces petits moments stressants des consultations prénatales, où le praticien vient angoisser la future mère pour X ou X raison, relèvent de ce que l’on appelle l’effet « nocebo ».

Le stress en salles d’accouchement

Les études scientifiques montrent clairement que l’état émotionnel de la mère durant la grossesse et l’accouchement influe à long terme sur la santé du bébé, bien plus que l’état émotionnel de la mère durant la première année de vie de l’enfant. Or, nombreux sont les éléments dans les salles d’accouchement classiques qui participent à installer un climat favorisant le stress.

femme debout dans salle accouchement
Continuer la lecture de « Les limites des accouchements modernisés (ou médicalisés) »

La naissance sans violence – Pour une autre vision de l’accouchement

En France, pendant longtemps, le corps médical s’est préoccupé de garantir à la mère un accouchement sans douleur, sans se soucier du bébé qui n’avait pas encore d’existence propre aux yeux du médecin. La tendance est très longtemps restée à s’occuper de la mère, et pas vraiment du nouveau-né.

Dans les années 60-70, les médecins Frédéric Leboyer, Françoise Dolto et Bernard This ont développé et exposé au grand public des théories nouvelles qui auraient dû révolutionner notre façon de penser l’accouchement des mères et l’arrivée des bébés. A une époque où les nouveau-nés étaient encore opérés sans anesthésie, suspendus par les jambes à la sortie du ventre de leur mère, et se voyaient d’entrée de jeu recevoir une gifle ou une fessée, sous les yeux émerveillés de tout le monde, ces médecins atypiques créèrent un énorme raz-de-marée en se plaçant du point de vue du nouveau-né, être sensible et conscient. Cette révolution, malheureusement, n’a pas bouleversé le système en profondeur.

Bernard This

Médecin et psychanalyste français, il fut le premier à demander, dès les années 50 : « respectez la sécurité de base d’un enfant ». Il dénonça sans relâche la « boucherie » de l’accouchement, et les séparations « traumatisantes » – sachant qu’à cette époque les nouveau-nés étaient systématiquement placés en nurseries et amenés à leur mère pour la tétée selon le bon vouloir et la disponibilité des puéricultrices, et au mépris total des besoins de l’enfant et de sa mère. This marqua également les esprits en revendiquant la faculté de sourire du nouveau-né, toujours dès les années 50 : selon ses observations, les bébés ne « sourient pas aux anges », mais à qui sait les regarder.

Il fut avec Danielle Rapoport co-créateur du Groupe de Recherche et d’Etude du Nouveau-Né (GRENN). Il participa activement au développement de l’haptonomie, dès le début des années 80 – l’haptonomie étant une méthode douce de caresses données par les parents au bébé à travers le ventre de la femme enceinte. Cette méthode, fondée par Frans Veldman, est considérée comme une base essentielle à l’installation de l’affectivité, ainsi qu’au bien-être du fœtus. 

This insista par ailleurs beaucoup sur le rôle du père.

« Moi quand je vois une femme enceinte, je dis toujours bonjour au bébé ». 

Bernard This a beaucoup moins marqué les esprits que Frédéric Leboyer, bien qu’il ait publié davantage. Il attribuait le succès de Leboyer, qui a aussi été énormément critiqué, au fait qu’il ait utilisé pour appuyer ses écrits de nombreuses photos, puis des films, montrant les expressions de nouveau-nés. Nous avons lu les deux auteurs, il est vrai que Leboyer est beaucoup plus agréable à suivre et « digeste » que This. Les idées de ce dernier n’en restent pas moins plus qu’honorables.

Frédéric Leboyer

Ce n’est pas la femme qui accouche, c’est l’enfant qui naît.

Leboyer s’est permis cette affirmation en se basant sur la découverte indéniable que l’hormone qui provoque les contractions, puis l’accouchement, trouve son origine dans le corps du fœtus. Leboyer passa une partie de sa vie en Inde, où il découvrit entre autres le yoga, et les nombreux atouts des massages shantala, qui le conduisirent à reconsidérer totalement les méthodes classiques d’accouchement occidental. 

Son livre le plus connu, « Pour une naissance sans violence », sorti en 1974, a soulevé les passions et provoqué de nombreux conflits.

Françoise Dolto

Dolto, qui s’intéressait plus à la vie prénatale, insista néanmoins beaucoup elle aussi sur la nécessité de traiter le nouveau-né comme un véritable sujet, et demandait notamment à ce que les soignants en salle d’accouchement surveillent leur langage qui, selon elle, s’imprimait dans la mémoire de l’enfant. Les jugements divers qu’ils pouvaient prononcer étaient aussi dangereux pour conditionner la mère sur le caractère de son bébé. Dolto pensait que cela pouvait graver dans l’esprit des parents des étiquettes qui poursuivraient l’enfant sa vie durant.

Avec Bernard This, elle fonda les Maisons Vertes, maisons d’accueil pour les parents et leurs enfants, de la gestation jusqu’à l’âge de 3 ans.

Adapter l’environnement de la salle d’accouchement à la naissance.

naissance : couple prenant un bain post-accouchement

This comme Leboyer étaient d’accord sur ce point pour eux fondamental : la salle d’accouchement classique est beaucoup trop froide et technicisée. De par son agencement et le climat qui y règne, elle crée pour le nouveau-né des conditions d’arrivée dans le monde particulièrement violentes.

Continuer la lecture de « La naissance sans violence – Pour une autre vision de l’accouchement »

La destruction par l’humiliation

Tour d’horizon de l’humiliation pendant l’enfance

L’humiliation est induite par toutes les manifestations de maltraitances, qu’elles soient physiques ou psychologiques, extrêmement violentes ou associée aux maltraitances jugées anodines du quotidien.

L’humiliation, c’est aussi l’indifférence : négation des particularités de l’individu, voire de son existence. Pour un enfant, c’est par exemple mépriser son statut : en ne lui commandant pas d’assiette au restaurant par exemple (« tu piocheras dans mes frites »), en lui refusant une glace ou un gâteau « tu es trop petit pour l’avoir en entier »), etc.

Humilier un enfant c’est aussi le corrompre (on n’a peu d’estime de lui), ou par exemple limiter ses relations sociales (sous-entendu, il n’est pas capable d’en avoir ou bien ne les mérite pas).

L’humiliation qui ronge les parents ayant été victimes de violence dans leur enfance est le terreau sur lequel germe leur propre violence. C’est un vrai poison, qui engendre en permanence de nouvelles humiliations, et entretient la spirale de la violence : car les êtres humiliés ont un besoin vital de prendre à leur tour l’ascendant sur un autre être vivant – et forcément avec les enfants, c’est plus facile. De fait, les parents humiliés qui humilient à leur tour leurs propres enfants, perpétuent ainsi le cercle vicieux – à moins que les petites victimes trouvent, à un moment donné de leur vie, une oreille empathique et compatissante, un « témoin secourable ». Sans cette aide, l’humiliation reste un héritage qui se transmet de génération en génération.

La violence est un cercle vicieux dans lequel il est plus que facile de se faire prendre.

On distingue :

  • L’humiliation intentionnelle, qui vise à faire souffrir pour modifier (contrôler) le comportement ;
  • L’humiliation inconsciente, qui tient compte de nos ressentis adultes sans se placer du point de vue de l’enfant, ou en niant sa sensibilité et son degré de compréhension (les petits surnoms, les petites phrases assassines, les challenges photos du net, etc) : tout ce qui nie l’individualité de l’enfant, procure de l’amusement adulte à ses dépens, et le transforme en notre « chose ». 

L’humiliation est aussi très utilisée à des fins « éducatives ». Ces VEO (Violences Educatives Ordinaires) sont présentes à la fois dans le contexte familial et lorsque l’enfant se retrouve à l’extérieur, notamment en collectivités.
L’humiliation est très douloureuse, et ne mène à rien de positif. Elle ne résout pas les problèmes, et ne répond pas aux besoins de l’enfant. Tout au plus permet-elle à l’adulte de se valoriser faussement en faisant croire un instant à lui- même et peut-être à son entourage qu’il a eu le dessus. On retrouve l’humiliation sous toutes ses formes à tous les niveaux sociaux.

Impact des humiliations pendant l’enfance

Subir des maltraitances à forte dose bouleverse les circuits cérébraux en profondeur, et peut même aller, dans les cas les plus graves, à des répercussions sur le plan génétique. C’est justement particulièrement le cas pour tout ce qui a un caractère humiliant. Génétiquement, cela se traduit par la transmission des troubles anxieux, de la dépression, de l’incapacité à gérer le stress, des addictions incontrôlables, des troubles alimentaires, des troubles dissociatifs, etc. Comme pour la plupart des VEO, c’est la récurrence des humiliations qui crée l’impact dévastateur. 

L’humiliation détruit la conscience de soi, rend l’enfant incertain et complexé. Elle entraîne des psycho-traumatismes graves, qui compromettent le développement cognitif de l’enfant. Plus tard, il aura besoin d’accompagnement à de multiples niveaux : soutien scolaire, consultations en psychologie et/ou en psychomotricité. Cela peut mener à l’exclusion, scolaire, sociale, familiale, à la dépression, parfois au suicide.

Les effets dévastateurs de l’humiliation sur le cerveau de l’enfant favorisent le développement de personnalités « borderline » : agressivité, désintéressement, perte du sens de la vie, dépressions, comportements addictifs, dépendances aux narcoleptiques ou autres, idées suicidaires qui parfois trouvent leur aboutissement, intégration sociale précaire ou inexistante, etc. Tout cela a été prouvé par de nombreuses études scientifiques, recensées en 2015 par le gouvernement australien dans un rapport intitulé « Les effets des abus et de la négligence vis-à-vis des enfants dans l’enfance et l’adolescence ». (texte en anglais)

Les humiliations subies durant l’enfance donnent également lieu à de nombreuses somatisations, qui créent et installent dans le corps des pathologies réelles, plus ou moins graves. Une prise en charge psychanalytique du patient permettrait, ainsi que l’ont démontré notamment les nombreux travaux d’Alice Miller, de plonger aux sources du mal et ainsi de l’éliminer. Les travaux de Anne Ancelin et G. Devroede Schützenberger montrent de manière assez spectaculaire comment les patients déchargés du poids des secrets de l’enfance se retrouvent subitement libérés de leurs troubles pathologiques, sans intervention médicale.

Comment briser le cercle vicieux de l’humiliation transgénérationnelle

Continuer la lecture de « La destruction par l’humiliation »

Le DAL, qu’est-ce que c’est ?

Au fil de vos lectures sur l’allaitement maternel, vous pourrez être amené.e à rencontrer ce terme, mais qu’est-ce qu’il signifie ? Et, à quoi sert-il ? Dans quel cas l’utiliser ? DAL signifie « Dispositif d’Aide à la Lactation », appelé aussi parfois SNS « Système de Nutrition Supplémentaire », il permet de nourrir votre bébé en votre absence ou de le complémenter. Vous pouvez en acheter déjà prêts, notamment auprès de Medela. Mais vous pouvez également le fabriquer vous-même.

Pour cela, il vous faut : 

→ Une sonde à nutrition gastrique que vous pouvez vous faire prescrire par votre médecin traitant, pédiatre ou sage-femme. Pour le lait maternel ou si le débit est trop rapide, préférez une sonde ch5, peu importe l’âge de votre bébé. Pour du lait artificiel ou épaissi, commencez pas une sonde ch6.
→ Un biberon propre, ou autre contenant (qu’on puisse fermer, idéalement)

Si vous utilisez un biberon, commencez par élargir la tétine afin d’y faire passer la sonde. Elle servira de maintient de la sonde. Si vous utilisez un autre récipient, vous pouvez tout à fait utiliser du sparadrap afin de l’attacher sur le bord.

Vous pouvez couper le capuchon de l’embout. Glissez un côté de la sonde dans le contenant et attachez l’autre sur le sein ou le doigt en fonction de votre besoin.

Dans d’autres cas, notamment lors des tous premiers jours de votre enfant, lorsque ses besoins sont encore minimes, le DAL peut être simplement une seringue sans aiguille glissée dans la commissure des lèvres de votre enfant au début ou fin de tétée.

Continuer la lecture de « Le DAL, qu’est-ce que c’est ? »