Pédagogie de Reggio-Émilie, une approche de l’éducation positive

Giulia Civita Franceschi, Montessori, les sœurs Agazzi et Maurilio Salvoni partagent la même passion pour l’éducation bienveillante. Ils ont tous un point commun. Ce sont de grands pédagogues contemporains italiens. IL n’y a pas à dire, l’Italie est le berceau de la révolution éducative. Loris Malaguzzi, né le siècle dernier, dans une petite ville entre Boulogne et Parme ne déroge pas à la règle. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il a été traumatisé par le fascisme. Il a dédié toute son existence à la lutte contre toute forme de diktat. Il a entrepris de s’attaquer au mal dès sa racine. Voilà pourquoi, toute sa vie, il s’est employé à instruire les générations futures avec des valeurs humanistes et démocratiques. Aujourd’hui, ses principes sont majoritairement enseignés en Asie, dans les pays scandinaves et anglo-saxons.

Une philosophie de vie fortement inspirée des travaux de Maria Montessori

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la similitude entre les 2 approches sautent aux yeux. L’enfant évolue à son propre rythme, dans un environnement riche et dépourvu de tout élément superflu. L’espace est épuré, les petits réfléchissent et jouent mieux avec peu de jeux et de matériels. « Les enfants ont besoin de liberté pour apprécier les infinies ressources de leurs mains, de leurs yeux et de leurs oreilles, les ressources des formes, des matériaux, des sons et des couleurs. » (traduction d’une citation de Loris Malaguzzi). Les outils didactiques sont laissés à sa portée afin qu’il puisse travailler en toute autonomie, sans directives ou contraintes stressantes. Le professeur se contente d’observer, d’interpréter et de fournir les ressources nécessaires à son évolution. Dans les enseignements de Loris Malaguzzi, il y a 3 éducateurs : l’enfant lui-même, l’instructeur et l’espace.
Les ressemblances entre la pédagogie Montessori et Reggio s’arrêtent ici. En effet, cette dernière privilégie :

  • Les jeux à travers « de petits rien » trouvés dans la nature.
  • L’écoute active de l’enfant mis au centre de toutes les attentions. Il est intégré et particpe activement à son éducation.
  • La créativité prise dans son ensemble.
  • Le respect des « 100 langages de l’enfant ».

À noter également que la doctrine de Mr Malaguzzi s’applique uniquement aux jardins d’enfants, aux crèches et s’arrêtent à l’école maternelle. Contrairement aux fondements de notre illustre didacticienne qui s’étendent jusqu’au lycée.

. Continuer la lecture de « Pédagogie de Reggio-Émilie, une approche de l’éducation positive »