La destruction par l’humiliation

Tour d’horizon de l’humiliation pendant l’enfance

L’humiliation est induite par toutes les manifestations de maltraitances, qu’elles soient physiques ou psychologiques, extrêmement violentes ou associée aux maltraitances jugées anodines du quotidien.

L’humiliation, c’est aussi l’indifférence : négation des particularités de l’individu, voire de son existence. Pour un enfant, c’est par exemple mépriser son statut : en ne lui commandant pas d’assiette au restaurant par exemple (« tu piocheras dans mes frites »), en lui refusant une glace ou un gâteau « tu es trop petit pour l’avoir en entier »), etc.

Humilier un enfant c’est aussi le corrompre (on n’a peu d’estime de lui), ou par exemple limiter ses relations sociales (sous-entendu, il n’est pas capable d’en avoir ou bien ne les mérite pas).

L’humiliation qui ronge les parents ayant été victimes de violence dans leur enfance est le terreau sur lequel germe leur propre violence. C’est un vrai poison, qui engendre en permanence de nouvelles humiliations, et entretient la spirale de la violence : car les êtres humiliés ont un besoin vital de prendre à leur tour l’ascendant sur un autre être vivant – et forcément avec les enfants, c’est plus facile. De fait, les parents humiliés qui humilient à leur tour leurs propres enfants, perpétuent ainsi le cercle vicieux – à moins que les petites victimes trouvent, à un moment donné de leur vie, une oreille empathique et compatissante, un « témoin secourable ». Sans cette aide, l’humiliation reste un héritage qui se transmet de génération en génération.

La violence est un cercle vicieux dans lequel il est plus que facile de se faire prendre.

On distingue :

  • L’humiliation intentionnelle, qui vise à faire souffrir pour modifier (contrôler) le comportement ;
  • L’humiliation inconsciente, qui tient compte de nos ressentis adultes sans se placer du point de vue de l’enfant, ou en niant sa sensibilité et son degré de compréhension (les petits surnoms, les petites phrases assassines, les challenges photos du net, etc) : tout ce qui nie l’individualité de l’enfant, procure de l’amusement adulte à ses dépens, et le transforme en notre « chose ». 

L’humiliation est aussi très utilisée à des fins « éducatives ». Ces VEO (Violences Educatives Ordinaires) sont présentes à la fois dans le contexte familial et lorsque l’enfant se retrouve à l’extérieur, notamment en collectivités.
L’humiliation est très douloureuse, et ne mène à rien de positif. Elle ne résout pas les problèmes, et ne répond pas aux besoins de l’enfant. Tout au plus permet-elle à l’adulte de se valoriser faussement en faisant croire un instant à lui- même et peut-être à son entourage qu’il a eu le dessus. On retrouve l’humiliation sous toutes ses formes à tous les niveaux sociaux.

Impact des humiliations pendant l’enfance

Subir des maltraitances à forte dose bouleverse les circuits cérébraux en profondeur, et peut même aller, dans les cas les plus graves, à des répercussions sur le plan génétique. C’est justement particulièrement le cas pour tout ce qui a un caractère humiliant. Génétiquement, cela se traduit par la transmission des troubles anxieux, de la dépression, de l’incapacité à gérer le stress, des addictions incontrôlables, des troubles alimentaires, des troubles dissociatifs, etc. Comme pour la plupart des VEO, c’est la récurrence des humiliations qui crée l’impact dévastateur. 

L’humiliation détruit la conscience de soi, rend l’enfant incertain et complexé. Elle entraîne des psycho-traumatismes graves, qui compromettent le développement cognitif de l’enfant. Plus tard, il aura besoin d’accompagnement à de multiples niveaux : soutien scolaire, consultations en psychologie et/ou en psychomotricité. Cela peut mener à l’exclusion, scolaire, sociale, familiale, à la dépression, parfois au suicide.

Les effets dévastateurs de l’humiliation sur le cerveau de l’enfant favorisent le développement de personnalités « borderline » : agressivité, désintéressement, perte du sens de la vie, dépressions, comportements addictifs, dépendances aux narcoleptiques ou autres, idées suicidaires qui parfois trouvent leur aboutissement, intégration sociale précaire ou inexistante, etc. Tout cela a été prouvé par de nombreuses études scientifiques, recensées en 2015 par le gouvernement australien dans un rapport intitulé « Les effets des abus et de la négligence vis-à-vis des enfants dans l’enfance et l’adolescence ». (texte en anglais)

Les humiliations subies durant l’enfance donnent également lieu à de nombreuses somatisations, qui créent et installent dans le corps des pathologies réelles, plus ou moins graves. Une prise en charge psychanalytique du patient permettrait, ainsi que l’ont démontré notamment les nombreux travaux d’Alice Miller, de plonger aux sources du mal et ainsi de l’éliminer. Les travaux de Anne Ancelin et G. Devroede Schützenberger montrent de manière assez spectaculaire comment les patients déchargés du poids des secrets de l’enfance se retrouvent subitement libérés de leurs troubles pathologiques, sans intervention médicale.

Comment briser le cercle vicieux de l’humiliation transgénérationnelle

Continuer la lecture de « La destruction par l’humiliation »