La pédagogie Decroly, « Une éducation pour la vie, par la vie »

Rendons-nous chez nos voisins belges pour rencontrer le fondateur de la méthode globale. Ovide Decroly est né dans un milieu bourgeois, en 1871, à Renaix. Il s’intéresse très tôt aux sciences humaines. C’est donc tout naturellement qu’il entreprend des études de médecine avec un intérêt particulier pour le cas des enfants “déficients”.

En 1901, il ouvre sa propre maison à ses petits patients, mentalement diminués, pour fonder  « l’Institut d’Enseignement Spécial – Laboratoire psychologique du Dr Decroly ». Il est convaincu que les enfants atypiques ont les mêmes compétences que les enfants dits “normaux”. La seule différence réside dans leur lenteur. C’est ce qui, d’ailleurs, lui a servi à identifier clairement les étapes de l’apprentissage. En 1907, il crée sa propre école publique, l’Ermitage, au sein de laquelle il transpose sa méthode. C’est un véritable succès.

En 1920, il devient professeur universitaire à Bruxelles et fonde un an plus tard la Ligue Internationale de l’Éducation Nouvelle.

Un projet autour d’une idée pivot

Pour notre éducateur, une instruction qui ne s’articule pas autour du quotidien de l’enfant est vouée à l’échec. Les enseignements doivent avoir du sens et doivent pouvoir s’appliquer dans sa réalité. Et le meilleur moyen de le stimuler est de susciter sa curiosité naturelle en faisant appel à sa sensibilité.

Les centres d’intérêt

Selon lui, les besoins vitaux du quotidien sont les suivants : se nourrir, se défendre, lutter contre les intempéries et agir. Ce sont ces actions qui définissent le fil conducteur des apprentissages. De ceux-ci, sont extraits les centres d’intérêts de l’apprenant. En général, on retrouve les  thèmes suivants : la famille, l’école, les animaux, les végétaux et l’Homme.

Toutes les activités qui en découlent doivent faire appel à sa sensibilité, sa créativité, ses compétences exécutives et cognitives :

  • Travaux manuels.
  • Travaux de recherche.
  • Sorties en classes vertes.
  • Confection d’un journal.
  • Confrontations des idées.

L’objet “surprise”

En début d’année, l’enseignant apporte un objet “surprise”. Il est dissimulé dans un sac. Les écoliers sont intrigués. Ils le palpent, le sentent, le soupèsent et émettent des hypothèses. Que peut donc bien être cette chose ? Une fois qu’elle a été dévoilée, certains comparent, d’autres trient selon l’ordre de grandeur ou de couleurs. La classe en discute, échange ses connaissances et donne son point de vu. Le tout, sous le regard bienveillant du professeur qui observe attentivement la scène tout en suscitant subtilement des questionnements. C’est à partir de ce moment qu’un projet transdisciplinaire se monte. Il se prolongera toute l’année.

Continuer la lecture de « La pédagogie Decroly, « Une éducation pour la vie, par la vie » »