Alimentation intuitive / libre : la suite logique du continuum (cordon, allaitement, DME, et après ?)

L’alimentation est un besoin vital. Sur la Pyramide des Besoins de Maslow , l’alimentation apparaît dans la première catégorie, celle de la base : c’est-à-dire, celle des besoins physiologiques primaires, autrement dits : essentiels à la survie de l’être humain. Précisément parce que l’alimentation nous est si précieuse, il nous a semblé pertinent de nous pencher sur la question, afin d’inscrire ce besoin vital et quotidien dans notre logique de continuum et d’accompagnement respectueux de l’enfant – logique qui anime toute l’équipe de Vivre En Famille, et que nous avons à cœur de contribuer à faire connaître.

Ce dimanche 16 octobre 2022, c’est la journée mondiale de l’alimentation.

Le Continuum, c’est quoi ?

Disons simplement que le continuum, c’est l’homogénéité, la concordance : c’est agir dans la cohérence et le respect :

  • de nos instincts naturels,
  • de notre accompagnement d’aide au développement de l’enfant, en suivant son propre rythme,
  • de ses besoins.

Détails : Continuum

Quel est le lien entre l’alimentation et la continuité ?

Concrètement : avant sa naissance, pendant la gestation, le bébé sait d’emblée satisfaire ses besoins nutritifs aux moments où il en a besoin, et en prenant à chaque fois la quantité voulue. Il s’agit bien là d’une alimentation raisonnée, calquée sur les impératifs naturels : nous sommes alors le plus proches possible du respect de nos besoins physiologiques. Ce mode d’alimentation passe par le cordon ombilical : il est une source naturelle de nourriture, où l’enfant pioche selon ses besoins – c’est ce que la Nature a prévu pour les petits de mammifères, qu’ils soient humains ou écureuils : manger, quand notre corps nous en fait sentir le besoin.

Cependant, lorsque, à la naissance, le cordon est coupé, le bébé perd brusquement le bénéfice de cet apport alimentaire à disponibilité permanente ; s’élève alors, dans nos sociétés, pour les parents, la grande question : biberon ou allaitement ?

L’allaitement

Les premiers mois.

Jusqu’à 6 mois, c’est assez « simple » – comprenez : ça reste socialement convenable. Mais après, c’est moins évident.

Mais avant d’aller plus loin, faisons un petit retour en arrière, pour savoir comment ça se passait, autrefois. A cet égard, le livre d’Ina May Gaskin, “Guide de l’allaitement naturel“, est très enrichissant. On y apprend notamment que « l’allaitement faisait autrefois partie des relations sociales ». On découvre ainsi l’allaitement partagé : quand des mamans allaitaient les enfants des autres, de façon temporaire ou sur une longue durée. C’est de là que vient le terme de « nourrice » : en effet, dès l’Antiquité, des nourrices étaient prises sous contrat ; le système perdura plus tard dans les familles royales, ou dans celles ayant de gros héritages. Le but était d’alléger la « charge » de la maman, et surtout de lui permettre de redevenir féconde au plus vite – comme quoi, la rentabilité qui passe avant l’humain, ce n’est pas qu’une histoire des temps modernes.

En dépit des mises en garde multiples et variées, vous avez fait le choix d’allaiter votre nouveau-né. Au début, le bébé est très en demande : il a besoin d’être allaité à volonté, c’est-à-dire chaque fois que son corps lui en fait sentir le besoin – sans considération aucune pour l’horloge ou la vie de l’adulte. Quand on y réfléchit un tout petit peu, ça semble évident : comment passer d’une alimentation disponible à volonté (fournie par le cordon ombilical), à RIEN ? On se met 2 minutes à la place du bébé ? comment nous, adultes, réagirions-nous, si d’un seul coup on se voyait privés de nos petits rituels alimentaires ? on crierait, non ? Pour bébé, c’est pareil, à ceci prêt que dans son cas, il ne s’agit ni d’envie ni de gourmandise, mais bien d’un réel besoin physiologique – un besoin qui, si non-satisfait, engendre une réelle souffrance : psychique, mais, et ce n’est pas assez su des jeunes parents, aussi physique. L’enfant qui demande à manger ne fait que demander ce qui lui est dû : ce que ses parents, ou les personnes qui prennent soin de lui, se doivent de lui fournir. Il s’agit véritablement d’un droit fondamental, celui de pouvoir assouvir un besoin essentiel, un besoin primaire – l’alimentation à la demande.

En tant qu’adulte, quand on a faim, on mange. L’attente est très difficile, insupportable pour certains ; de fait, elle en rend plus d’un véritablement agressif. C’est pareil pour un bébé… sauf qu’en plus, soulignons-le à nouveau, pour le nouveau-né la faim est physiquement douloureuse – et c’est encore le cas durant les premiers mois de vie.  Alors, pour ne pas faire souffrir notre enfant inutilement, pour respecter ce continuum que notre instinct de maman nous souffle, on le nourrit à la demande.

Ce qui nous amène à un point important de notre réflexion : allaiter ok, mais un biberon ferait aussi bien l’affaire non ? Quand on donne le biberon à un bébé qui est dans les bras, les bénéfices du mode-câlin sont les mêmes qu’avec l’allaitement – croit celui qui ne sait pas – ou, en l’occurence, celle à qui on n’a pas encore tout dit…

Bienfaits physiologiques du lait maternel

Avant de développer, sachez que le don de lait maternel est tout à fait possible, et même encouragé. Néanmoins, il est aussi, pour des raisons évidentes d’hygiène et de santé publique, fortement réglementé.

Ceci étant dit, faisons maintenant un tour d’horizon des bienfaits du lait maternel. Vous verrez que certains sont quand même assez connus, alors que d’autres, beaucoup moins.

Pour Bébé :

  • Le corps maternel est ainsi conçu qu’il adapte naturellement le lait maternel selon l’évolution du corps du bébé : le lait évolue à mesure que bébé grandit, afin de répondre au mieux à ses besoins physiologiques. Le lait maternel est entièrement dévoué au bien-être de l’enfant – quel lait industriel peut prétendre à de telles propriétés ?
    • Le lait maternel contient des cellules vivantes anti-infectieuses, qui protègent le bébé contre virus, bactéries et allergies
    • Le lait maternel possède des vertus hydratantes et apaisantes puissantes. Il peut sans problème être utilisé en produit de soin, y-compris en gouttes dans les yeux pour lutter contre les conjonctivites, ou les orgelets par exemple
    • L’allaitement contribue à l’élaboration du lien d’attachement. Le contact visuel lors de la tétée est à cet égard essentiel. Diverses études menées dans des orphelinats ont montré que le contact lors d’une mise au biberon ne déclenche pas autant d’hormones positives
    • Du lait maternel naturel, recueilli via les lactariums, est donné aux grands prématurés car leur système immature ne peut pas digérer autre chose. Le lait maternel est une véritable « force de vie », un « produit de symbiose de toute alimentation possible »
    • Le lait naturel prévient le développement de troubles de l’oralité (un trouble développemental des fonctions orales et alimentaires. Particulièrement handicapant, le trouble de l’oralité transforme vite tout repas en véritable enfer pour l’enfant, comme pour ses parents
    • Le lait maternel ne contient pas les mêmes hormones le jour et la nuit. Les hormones nocturnes sont naturellement plus apaisantes pour favoriser l’endormissement du bébé
    • La tétée a des vertus antalgiques : testées et approuvées par des milliers de bébés, la tétée lors d’un soin médical par exemple, d’une prise de sang ou d’une vaccination, aide bébé à plus facilement s’apaiser et se rassurer suite à la douleur de l’acte médical

Le lait maternel est le meilleur aliment pour bébé qui soit

Ina May Gaskin

Pour le parent :

  • L’allaitement produit une décharge d’ocytocine, hormone qui favorise la construction des liens d’attachement, ainsi que les dispositions maternantes qui permettront au parent d’œuvrer au bien-être comme à la survie de son enfant
    • Il améliore les suites physiologiques de l’accouchement, réduisant notamment de manière significative le risque d’hémorragie post-partum
    • Il empêche la reprise de l’ovulation et de la menstruation – attention toutefois, uniquement lorsqu’il est exclusif (c’est-à-dire lorsque le bébé ne reçoit aucun autre apport alimentaire que le lait de sa maman). C’est alors un moyen de contraception naturel, idéal après une naissance – attention toutefois : comme tout moyen de contraception, il n’est pas infaillible
    • Il favorise la perte de poids post-partum
    • L’allaitement réduit les risques de cancer du sein, grâce à l’irrigation régulière des canaux galactophores.

Ajoutons en outre que le lait maternel n’est pas polluant, et ne représente aucune menace pour l’environnement.

Comment donc favoriser et maintenir la lactation à mesure que bébé grandit ? Tant qu’il y a stimulation du mamelon par le bébé, il y a lactation. Cette magie naturelle du corps humain a ainsi permis, par exemple, que des grands-mères puissent allaiter leurs petits-enfants, alors que les mamans subissaient des problèmes de santé qui les empêchaient de mener à bien leur allaitement (autrefois, avant que la France ne croule sur les mesures réglementaires).

D’un point de vue social, pourquoi l’allaitement pose souci ?

Il existe, dans les pays industrialisés en général et en France en particulier, une importante (et fort triste) discordance entre les intentions des femmes et la réalité. Nombre de mamans se voient niées leur droit à allaiter ; d’ailleurs, elles y renoncent souvent sans même en parler. Les dissonances cognitives entre l’instinct maternel et les diktats sociétaux ne sont que l’illustration d’un combat cruel, où règnent injonctions sociales et effacement de soi.

allaitement

Mais en fait, en quoi l’allaitement dérange t-il ?

La méconnaissance des capacités du corps ainsi que les exigences économiques de nos sociétés hyper-industrialisées renforcent le poids des divers discours qui constituent encore aujourd’hui l’ambiance de vie d’une future maman, où faire une chambre instagrammable est devenu tellement plus important que de materner bébé et d’être attentif à ses réels besoins.

De plus, parce que nos pays européens ont été profondément marqués par la psychanalyse, l’allaitement véhicule aux yeux de beaucoup une idée incestuelle, où l’enfant serait maintenu dans une image de tout-petit par sa mère qui refuserait le sevrage – parce que, disent certains, elle y trouverait un plaisir d’ordre sexuel. Les visions de femmes allaitant provoquent ainsi très fréquemment une gêne, voire scandalisent : cette pudeur prend racine dans une notion culturelle bien implantée de malaise, de dégoût ou de stupeur envers tout ce qui concerne le corps, le contact, le toucher – une particularité culturelle donc, que ce mythe entretient avec véhémence – bien que, de fait, les psychanalystes n’aient JAMAIS réussi à apporter de fondement scientifique à ces théories. Une absence totale de fondement qui n’en rend que plus cruelle la violence imposée aux femmes allaitantes – car c’est bien de violence que l’intolérance se nourrit.

De son côté, le discours médical est lui aussi souvent anti-allaitement ; et ce, en premier lieu, pour des raisons de rendement. De nos jours en effet, même les maternités – ces endroits où pourtant ont lieu les moments les plus sacrés de la Vie – se doivent d’obéir aux injonctions financières. Michel Odent, obstétricien français qui s’est rendu célèbre en défendant les droits des mères et ceux des bébés à vivre des accouchements naturels (i.e. à la maison, sans pression du corps médical, au rythme de la mère et son enfant), dénonce ainsi la « maltraitance faite aux mères et aux bébés » en milieu hospitalier, où impuissance et échec de l’allaitement sont mis en exergue afin de décourager les futures mamans – et ce, sans parler de la distribution de ces mini-biberons et autres échantillons publicitaires, alors que l’enfant est à peine né. Ce que nous pensons, à l’instar de Suzanne Colson – mère de « l’allaitement instinctif » (biological nurturing) – c’est que si l’allaitement ne présente pas de difficultés particulières, si ni la mère ni l’enfant n’ont de problème de santé concomitant, il n’y a aucune raison pour les praticiens de s’en mêler. Le secret réside chez les mamans, pas en la parole médicale. Les mères ont besoin de se réapproprier leur allaitement, pas que leurs instincts soient étouffés.

Le biological nurturing est basé sur la continuité entre la vie intra-utérine et la vie extra-utérine… Spontanéité, complicité et réciprocité sont les mots d’ordre. C’est ça, l’allaitement instinctif.

Suzanne Colson

Quid de « l’allaitement long » ?

Il est très significatif de noter que l’allaitement dit « long » est une notion présente uniquement dans les pays en voie de développement. Pourtant, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande un allaitement exclusif jusqu’à au moins 6 mois, et mixte jusqu’à au moins 2 ans – mais les diktats sociaux ont la vie dure, et, surtout dans les sociétés traditionnellement patriarcales, ne s’effacent pas comme ça. Plutôt que d’utiliser le terme d’allaitement long, on préfèrera alors parler d’allaitement non écourté.

La solitude de la femme moderne en matière d’enfantement est criante ; en témoigne ce mouvement relativement récent de certaines femmes pour devenir doula – accompagnatrice à la naissance (ce qui inclut la vie d’avant, et la vie d’après la naissance). En effet, autrefois, les femmes étaient naturellement entourées durant leur grossesse et leur accouchement. Mères, grands-mères, sœurs, tantes, cousines, etc, toutes formaient un cocon d’entraide autour de la future maman. Aujourd’hui, on se retrouve plus ou moins seule selon les cas ; parfois (souvent) désespérément seule, et à la merci des injonctions d’un personnel médical stressé, surmené, épuisé – une femme dont l’enfant est l’unique priorité, face à des soignants dont ce bébé est le plus souvent un simple numéro parmi d’autres – loin de nous ici l’idée de blâmer les soignants, bien au contraire : ils sont, au même titre que la mère et son enfant, d’énièmes victimes du système. Cette relative solitude de la femme moderne est encore pire lorsqu’il s’agit de l’allaitement, et a fortiori du sevrage. L’injonction est criée, hurlée par tous les corps sociaux qui entourent la mère, et ce, qu’ils soient gênés ou simplement jaloux – collègues, grands-mères et belles-mères, des hommes aussi, n’ont de cesse de répéter « mais tu ne vas quand même pas l’allaiter jusqu’à ses 18 ans ?! » Franchement, j’ai envie de dire : qui cela regarde, à part l’enfant ? c’est quand même lui qui est directement concerné, non ?

De fait, le principal intérêt d’un sevrage naturel, c’est-à-dire décidé par l’enfant, choisi par lui quand il se sent prêt à arrêter, c’est que « l’enfant allaité apprend à connaître ses besoins ». Or, un enfant à qui l’on a appris à écouter son corps aura beaucoup moins de risques, une fois adulte, de basculer dans toutes sortes de pathologies ou d’addictions qui remettront en cause sa bonne santé physique et mentale, son bien-être quotidien, et, à terme, son espérance de vie. Ces pathologies et addictions sont de plus en plus nombreuses, et concernent des individus de plus en plus jeunes : il y a là, indéniablement, un véritable enjeu de santé publique.

Pour en savoir plus, retrouvez sur notre site la catégorie “Allaitement“.

Faisons-en sorte que l’instinct d’allaitement ne soit plus étouffé et que toutes les mères puissent être des mères-veilleuses !

Suzanne Colson

La diversification alimentaire

Quand l’enfant grandit, quelques mois après la naissance, surviennent de nouveaux questionnements, relatifs à la diversification alimentaire. Là encore, les parents doivent faire des choix, ce qui s’avère (again) loin d’être aisé. Il importe alors, pour chacun, de prendre des décisions en accord avec les valeurs individuelles profondes – écoutez-VOUS, avant d’écouter les multiples injonctions générées dans la société.

Mais alors, comment suivre cette logique continuum, lorsque l’enfant est demandeur de tester d’autres formes de nourriture que le lait maternel ?

Diversification Menée par l’Enfant (DME)

De même qu’avec le cordon et le lait maternel à la demande, les enfants devraient pouvoir continuer à s’alimenter de façon continuelle, en suivant leurs besoins corporels ; ce qui implique qu’ils puissent trouver dans leur environnement, facilement et à tout moment, de la nourriture qui leur soit adaptée – sinon, imaginez la tête de bébé écureuil qui ne trouve pas de noisette à disposition dans sa tanière.

enfants assis mangeant un fruit

Cette posture continuité est facile à mettre en place lorsque les parents s’inscrivent dans une démarche de Diversification alimentaire Menée par l’Enfant. Cela consiste à mettre à disposition de l’enfant de petites quantités de nourriture, adaptées à sa santé et à ses petites mains. On privilégiera les fruits et légumes coupés en petits morceaux, afin que le bébé puisse facilement les saisir. L’équilibre alimentaire se faisant sur plusieurs jours, on veillera simplement à diversifier les aliments proposés. Il est important de commencer après 6 mois et uniquement lorsque le bébé se tient parfaitement assis seul : cette position étant essentielle pour une bonne déglutition.

Dans d’autres endroits du monde, les parents le font sans nommer leur pratique car il s’agit d’une véritable façon de vivre : les enfants se nourrissent avec leurs mains tout au long de la journée, piochant sans avoir à réclamer ou à chercher, sans avoir à attendre l’heure fatidique. Au contraire, nos repas français sont à la fois trop structurés et trop conditionnés : il faut toujours manger aux mêmes heures, le même nombre de plats, dans le même ordre, etc. Combien de petits Français se sont ainsi faits battre parce qu’ils n’avaient pas faim à 19h ? combien d’autres ont souffert le martyre parce qu’il fallait attendre pour dîner qu’un de leurs parents rentre du boulot ?

Pourtant, il est tout à fait possible de manger indépendamment les uns des autres, à horaires variables, en respectant le rythme de chacun – d’ailleurs, n’est-ce pas comme ça que vivaient nos lointains ancêtres (et que vivent encore aujourd’hui de rares groupes tribaux) : vous savez, ceux qui vivaient en harmonie avec la Nature ? Contrairement à ce que pensent certain.e.s, cela ne signifie pas aimer moins le reste du groupe, ou respecter moins sa famille, bien au contraire !

enfant mangeant une fraise

La plupart des parents ayant choisi de pratiquer l’Instruction en Famille (IEF) et de vivre sans Violences Éducatives Ordinaires (VEO) le savent bien. Cette habitude est relativement simple à prendre, et chacun s’y voit reconnu dans ses propres besoins physiologiques. Cela implique néanmoins de renoncer à certaines traditions, de désapprendre ce qui nous a été appris. Exit : les repas où l’on mange tous en même temps en écoutant religieusement le journal télévisé. Hello : écoute et respect de notre corps, et des besoins de chacun – au final, c’est plus de liberté et de bien-être pour tous les membres de la famille – un bien-être à la fois physique et psychologique. Honnêtement, qu’est-ce qu’on attend pour s’y mettre ? La convivialité, l’amour, le partage, peuvent tout à fait se vivre sans être attablés autour d’une assiette : on peut aussi faire les courses ensemble, créer de fabuleux souvenirs familiaux en allant cueillir soi-même des légumes – par exemple, ou encore en préparant ensemble les plats qui seront laissés à la disposition de tous.

De fait, la DME permet à toutes et tous de vivre des moments plus apaisés autour de la nourriture. On ne passe plus 3h à essayer de faire avaler un morceau de viande, qui sera régurgité en cachette et dans les larmes, 5 minutes plus tard. On ne torture pas un enfant en voulant à tout prix lui faire goûter un aliment qui le répugne. On n’inflige pas un horaire calqué uniquement sur nos impératifs d’adulte, en niant totalement l’enfant dans son individualité – et tous les droits qui en découlent. Un aliment, ça peut même faire très peur. Il est impératif à cet égard de se positionner du point de vue de l’enfant, et de comprendre que sa vision/son ressenti face à aliment, ou d’un plat en particulier, n’est pas forcément similaire à la nôtre (on accepte bien que la/le chéri.e ou la.e pote n’aime pas les mêmes choses que nous, non ?) Si l’on considère notre propre aversion, voire dégoût, des pratiques alimentaires de peuples différents du notre, on comprendra sans doute cela plus facilement (vous vous verriez, vous, goûter à un gros lombric grillé avec le sourire et sans rechigner ?)

Au risque de nous répéter : l’enfant qui a été allaité a appris à réguler lui-même ses apports – de quoi, dès le plus jeune âge, le responsabiliser en lui apprenant à prendre soin de lui-même. Au contraire, obliger un enfant à prendre les repas à heures fixes, le forcer à manger alors qu’il n’en ressent pas le besoin, le forcer à manger des choses qui le repoussent, etc : tout ça, c’est lui apprendre à ne pas s’écouter, à ignorer ses besoins. C’est créer un rapport malfaisant avec la nourriture, c’est ouvrir une porte insidieuse aux désordres alimentaires. Aujourd’hui désignés sous l’abréviation TCA, les Troubles des Conduites Alimentaires concernent énormément de gens de par le monde, plus particulièrement des femmes et des adolescents. En France, en 2019, Les TCA constituent la deuxième cause de mortalité prématurée chez les 15-24 ans, juste après les accidents de la route…

Et par la suite : l’alimentation intuitive

Le fait que l’enfant grandisse ne justifie en rien de changer ces bonnes habitudes. Si les parents continuent à adapter à la fois :

  • son environnement
  • les produits alimentaires mis à sa disposition
  • leurs propres habitudes alimentaires (sans contrainte sur celles de l’enfant),

celui-ci n’aura aucun mal à poursuivre son chemin en continuité avec ce qu’il aura vécu jusque-là. Parce qu’il aura grandi dans le respect de ses besoins, il saura ensuite, naturellement et sans même y penser, suivre ses élans, réguler ses envies, assouvir ses besoins. La prise alimentaire ne sera alors pas une contrainte, une source de conflit ou de mal-être, mais bien une conduite raisonnée, dictée par l’instinct et les besoins primaires afférents à la croissance et à la bonne santé du corps humain.

Autonomie alimentaire, vivre en éco lieu ?

Pour terminer, il nous semble utile et dans l’intérêt de tous de participer à l’effort collectif pour le développement durable. S’alimenter, oui ; participer à l’essor, abject et néanmoins toujours constant, de la société de consommation : NON !

Dans cet esprit, des solutions diverses et variées s’offrent à nous . En fait, il y a tellement d’idées à cet égard qu’il serait nécessaire de faire un véritable dossier pour les recenser, tout en permettant à chacun d’alimenter les projets avec de nouvelles idées.

Si l’on devait se contenter d’une unique suggestion, ce serait celle-ci : et si, et si, on se lançait, avec nos enfants, avec les autres et avec les enfants des autres, dans la création, puis la (bonne) gestion, d’un nouveau type de forêt ? ce serait une forêt pérenne, comestible, renouvelable, en accord avec nos besoins d’êtres humains, mais qui ne serait pas invasive pour la faune et la flore – et même que l’on partagerait avec la faune locale. Les enfants, mais aussi les adultes, s’attèleraient avec enthousiasme sur un tel projet, chacun mettrait la main à la pâte, et tous apprendraient en regardant les autres participer. La nourriture serait là, abondante et saine, en libre accès, disponible pour répondre aux besoins de chacun. Un partage de connaissances, de compétences, de respect, d’Amour et de paix, au service de tous, dans le respect de la Planète – le rêve.


Les références essentielles :

Les sites à connaître (liste non-exhaustive) :


Article par : Anne-Catherine


Illustrations par : @amphigary (instagram) / @amphigary (facebook) / amphigary@icloud.com


Ce site vous est utile ?
Comment nous aider :
▶ Partagez nos articles à votre entourage
▶ Soutenez-nous en faisant un don via Utip.
▶ Retrouvez @vivreenfamille sur facebookinstagram et twitter !
▶ Découvrez nos playlists sur youtube

Laisser votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.